L’étoile Wolf 1061 a été étudiée avec le spectrographe Harps du télescope de 3,6 m de l’Observatoire européen austral à La Silla, au Chili. C’est cet instrument qui a permis de découvrir la superterre potentiellement habitable la plus proche connue à ce jour. © Eso

Sciences

Wolf 1061c, la plus proche exoplanète potentiellement habitable

ActualitéClassé sous :exoplanètes , exobiologie , zone habitable

Vingt ans après la découverte de la première exoplanète autour d'une étoile de la séquence principale, les astronomes chassent toujours des exoterres. Ils viennent de découvrir à moins de 14 années-lumière du Soleil, une superterre qui pourrait être habitable. C'est un record.

Le 24 décembre 2015, le célèbre site l’Encyclopédie des planètes extrasolaires, créé et mis à jour par l'astronome Jean Schneider, affichait 2.038 exoplanètes au compteur. Que de progrès depuis que Michel Mayor et Didier Queloz ont annoncé la découverte de 51 Pegasi b le 6 octobre 1995, voici 20 ans déjà. Il est clair que nous en sommes encore aux balbutiements dans notre exploration du monde des exoplanètes. Un tournant sera franchi, probablement dans quelques décennies, quand l'exobiologie sera devenue une science d'observation, c'est-à-dire quand nous aurons découvert des biosignatures incontestables en analysant la composition d'atmosphères d'exoterres proches du Système solaire. Bien sûr, cet événement serait encore plus marquant si le projet Breakthrough Initiative se couronnait de succès.

À cet égard, on pourrait penser que l'étoile Wolf 1061 va bientôt faire l'objet d'une écoute radio par les membres de Seti. Comme le détaille un article déposé sur arXiv, on vient de découvrir qu'une exoplanète rocheuse, une superterre, était en orbite autour de cette étoile dans sa zone d'habitabilité. Toutefois, comme on va le voir, cela n'est pas évident.

Mais pourquoi un intérêt soudain pour Wolf 1061 ? Déjà parce que cette naine rouge observable dans la constellation d'Ophiuchus, également connue sous le nom d'origine latine de Serpentaire (treizième constellation du zodiaque) se trouve à environ 13,8 années-lumière de la Terre. En utilisant la méthode des vitesses radiales, les astronomes y ont mis en évidence un système planétaire triple. La période orbitale de Wolf 1061c est de seulement 17,9 jours et sa masse est estimée à au moins 4,3 fois celle de la Terre. Ses sœurs, Wolf 1061b et Wolf 1061d, bouclent quant à elles leurs orbites respectivement en environ 5 et 67 jours. On estime leurs masses au minimum à 1,4 et 5,2 fois celle de notre Planète.

Une simulation du système triple autour de l’étoile Wolf 1061. La zone d’habitabilité est en vert. © YouTube, UNSW Science

Wolf 1061c, une exoplanète en rotation synchrone ?

Comme souvent avec la méthode des vitesses radiales, il faudrait aussi observer un transit planétaire pour lever l'ambiguïté sur la masse. On disposerait aussi d'un rayon et donc d'une densité, ce qui permettrait de savoir, par exemple, s'il s'agit d'une planète océan ou non.

Wolf 1061c pourrait-elle abriter une forme de vie ? Ce n'est pas certain. Certes, elle se trouve dans la zone d'habitabilité, mais sa proximité avec son étoile-hôte fait craindre qu'elle soit en état de rotation synchrone. Elle présenterait donc toujours la même face à Wolf 1061, ce qui ne la rendrait vraiment hospitalière pour la vie qu'à la séparation entre les faces diurnes et nocturnes. Ensuite, comme toujours avec ce genre de spéculations, il nous manque la connaissance de la composition exacte de son atmosphère, or, comme Vénus nous le rappelle, elle conditionne fortement le climat.

En tout état de cause, les astronomes disposent d'un astre de plus pour affûter et tester les télescopes du futur qui pourraient découvrir d'autres formes de vie dans la Voie lactée. Wolf 1061c vient donc de prendre place au côté de Gliese 832c, distante d'environ 16 années-lumière du Soleil, parmi les candidats potentiellement habitables les plus proches de nous.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : les exoplanètes sont-elles habitées ?  Il pourrait y avoir au moins 100 milliards de planètes simplement dans notre galaxie. Difficile d’imaginer qu’aucune ne puisse abriter la vie. Le Cnes a interviewé Michel Viso, responsable des programmes d’exobiologie, afin qu’il nous parle des conditions d'apparition de la vie dans l'univers.