Lancement réussi du satellite Cheops. © ESA, S. Corvaja

Sciences

Cheops : lancement réussi du satellite dédié aux exoplanètes

ActualitéClassé sous :exoplanètes , Cheops , esa

-

Après avoir été reporté hier, la fusée Soyouz VS 23 qui transporte le satellite Cheops a décollé sans encombre de Guyane à 9 h 54 (heure de Paris). Voici en images le départ de Cheops pour l'espace !

Plus de peur que mal ! Le lanceur Soyouz SV23 qui transporte sous sa coiffe le satellite Cheops de l'Agence spatiale européenne, a décollé sans encombre de Kourou en Guyane à 9 h 54 heure de Paris ce matin après un report de 24 heures. Aux dernières nouvelles, l'ESA a pu communiquer avec Cheops, près de trois heures après le départ de la fusée à 12 h 43 (heure de Paris). Désormais en orbite autour de la Terre, le satellite semble opérationnel et pourra débuter sa chasse aux exoplanètes. Voici quelques images marquantes du début de la mission européenne.

Le décollage de la fusée Soyouz SV 23 depuis la Guyane. © Esa, S. Corvaja
Pour en savoir plus

Cheops : le lancement du satellite dédié aux exoplanètes a été reporté

 Article de Rémy Decourt publié le 17 décembre 2019

Vingt mois après le lancement du chasseur d'exoplanètes Tess de la Nasa par SpaceX, l'Agence spatiale européenne s'apprêtait ce matin à lancer le satellite Cheops mais un problème de logiciel, sur la base de Soyouz, a entraîné le report de ce lancement.

Dernière minute... Le lancement prévu ce matin du satellite Cheops a été reporté en raison d'un défaut de logiciel dans la séquence automatique finale du lancement. « Nous tentons d'identifier le problème avec nos collègues russes », a laconiquement indiqué Stéphane Israël, directeur d'Arianespace, société qui gère les vols des lanceurs européens.


Cheops : suivez en direct le lancement du satellite dédié aux exoplanètes

La communauté des exoplanétologues peut avoir le sourire. Vingt mois après le lancement du chasseur d'exoplanètes Tess de la Nasa par SpaceX, l'Agence spatiale européenne s'apprête à lancer Cheops. Ce satellite conçu pour comprendre la diversité des exoplanètes et leur nature, très complémentaire des autres satellites dédiés aux exoplanètes, sera lancé ce matin, depuis le Centre spatial guyanais.

Article de Rémy Decourt, le 17 décembre 2019

Arianespace termine son année avec un neuvième lancement, alors que jusqu'à 12 missions étaient prévues. L'échec de Vega en juillet explique en partie cette cadence de lancement. Ce neuvième tir a pour mission de mettre en orbite, avec le lanceur russe Soyouz, cinq satellites dont Cheops, le satellite dédié à la diversité des exoplanètes. Il s'agit de la troisième mission réalisée cette année avec ce lanceur depuis le Centre spatial guyanais (CSG) et de la 23e fois depuis sa mise en service en Guyane.

Le lancement de ce Soyouz ST-A (VS23) est prévu ce mardi 17 décembre à précisément 9 h 54 min 20 s, heure de Paris. Il est à suivre en direct sur la Web-TV de l'Agence spatiale européenne. Pour ce vol, la performance demandée au lanceur est de 3.250 kg avec une durée nominale de la mission, du décollage à la séparation des satellites, d'environ 4 heures 13 minutes et 14 secondes.

Le satellite Cheops encapsulé dans le système Soyouz Arianespace pour charges utiles auxiliaires. On regrettera qu'à l'ère de l'ADSL et de la fibre, le Cnes CSG diffuse seulement des images de piètre définition. © Cnes, ESA, service optique CSG

Quatre autres satellites

Pour cette mission, Soyouz ne lancera pas seulement Cheops. Il embarque aussi le satellite d'observation de la Terre COSMO-SkyMed Second Generation utilisé à des fins militaires et civiles ainsi que trois charges utiles auxiliaires. Il est équipé d'un radar à synthèse d'ouverture, capable d'effectuer des observations dans toutes les conditions météorologiques et de luminosité, de jour comme de nuit.

On compte également OPS-SAT, un CubeSat 3U de démonstration de technologies de nouveaux moyens de contrôle des satellites, tels que logiciels, applications et technologies innovantes. Autre CubeSat 3U, le satellite d'astronomie EyeSat conçu pour étudier la lumière zodiacale et l'image de la Voie lactée. Enfin, Angels, un CubeSat 12U quatre fois plus grand qu'OPS-SAT et EyeSat. Ce satellite, qui embarque l'instrument Argos Neo, a pour but de recueillir et localiser les signaux et messages de faible puissance des 20.000 balises Argos actuellement en service autour du globe.

Les cinq satellites à bord du Soyouz sont à séparer sur trois orbites distinctes. COSMO-SkyMed Second Generation vise une orbite héliosynchrone avec un semi-grand axe à 6.997 kilomètres, inclinée de 97,81° et pour Cheops, une orbite héliosynchrone avec un semi-grand axe à 7.078 kilomètres avec une inclinaison de 98,22°. Quant aux trois CubeSat, ils sont à larguer sur une orbite héliosynchrone avec une altitude d'environ 500 kilomètres.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi