Des chercheurs du MIT et du Masdar Institute proposent des cellules solaires dont l’efficacité serait économiquement intéressante. Entre les cellules photovoltaïques hyper efficaces, mais réservées à des marchés de niche, et les panneaux solaires grand public, ces nouvelles cellules pourraient bien trouver un nouveau marché. © foxbat, Shutterstock

Sciences

Cellules solaires : un design plus efficace et plus économique

ActualitéClassé sous :énergie , cellule solaire multi-jonction , panneau solaire

Une équipe internationale de chercheurs pourrait bien être parvenue à réconcilier efficacité et coût en matière de solaire photovoltaïque. Elle a en effet développé une cellule multijonction bon marché et dont le taux de conversion est estimé à pas moins de 35 % !

Mobiliser différents semi-conducteurs pour améliorer l'efficacité d’une cellule solaire photovoltaïque : l'idée n'est, en soi, pas nouvelle. De telles cellules portent même déjà un nom, celui de « cellule multijonction ». Toutefois, celle mise au point par une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology(MIT), aux États-Unis, et du Masdar Institute of Science and Technology, aux Émirats arabes unis, se distingue des autres par son design « en escalier » et, surtout, son coût.

Classiquement, une cellule multijonction est composée de plusieurs couches de semi-conducteurs capables de convertir, chacune, différentes parties du spectre solaire et, de fait, d'obtenir de meilleurs taux de conversion énergie solaire/énergie électrique. Des rendements pouvant théoriquement aller jusqu'à 50 % ! Malheureusement, le coût de fabrication élevé de ce type de cellules solaires les cantonne, pour l'heure, à des marchés de niche que sont, par exemple, les applications spatiales.

Grâce à une architecture en escalier, les cellules solaires multijonctions conçues par des chercheurs du MIT et du Masdar Institute devraient atteindre des taux de conversion record. © Tahra Al Hammadi, Masdar Institute News

Réutiliser de la matière première et optimiser le design

En étudiant de près ce type de cellules, les chercheurs du MIT et du Masdar Institute se sont rendu compte qu'en supprimant une partie de la couche semi-conductrice supérieure, et en exposant ainsi directement la couche inférieure au rayonnement solaire, les taux de conversion étaient encore meilleurs.

Les chercheurs ont donc d'abord faire croître une couche de phospho-arséniure de gallium (GaAsP) sur un substrat de silicium-germanium (SiGe) - car il n'est pas possible de le faire directement sur une couche de silicium. Ils ont ensuite imaginé et gravé sur la couche de GaAsP le motif en escalier le plus efficace et récupéré le substrat de SiGe devenu superflu.

Un substrat prêt à être réutilisé pour la fabrication d'une deuxième cellule, puis d'une troisième, d'une quatrième, etc. De quoi réduire les coûts de production et espérer que de telles cellules solaires multijonctions « en escalier », au taux de conversion réel estimé à 35 %, envahiront bientôt le marché.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Topaz, la centrale solaire géante en Californie  Il aura fallu presque trois ans pour construire Topaz Solar Farms, la plus grande centrale électrique solaire du monde lors de son entrée en fonctionnement, en novembre 2014. Sa capacité productive est de 550 mégawatts. Découvrez en vidéo la construction de cette centrale hors du commun.