Sciences

De l'alcool éthylique et du sucre dans la comète Lovejoy !

ActualitéClassé sous :comète , alcool éthylique , glycolaldéhyde

Une équipe internationale menée par des chercheurs français du CNRS et de l'Observatoire de Paris a annoncé la première détection de l'alcool éthylique et du plus simple des sucres, le glycolaldéhyde dans la comète Lovejoy (C/2014 Q2).

La comète C/2014 Q2 (Lovejoy) prise en photo le 12 février 2015. © Fabrice Noël

Découverte en août 2014 par l'astronome amateur australien Terry Lovejoy, la comète C/2014 Q2 vient du nuage d'Oort, aux confins du Système solaire, à près de 1.000 unités astronomiques (UA) du Soleil. À son passage au plus près du Soleil et de la Terre en janvier 2015, elle est restée visible à l'œil nu pendant plus d'un mois. Depuis la comète Hale-Bopp en 1997, ce fut l'une des comètes intrinsèquement les plus actives à passer près de la Terre, éjectant plus de 20 tonnes de vapeur d'eau par seconde à son maximum d'activité.

Les comètes sont des vestiges de la formation du Système solaire qui ont conservé dans leurs glaces des informations sur la composition et les conditions physiques qui prévalaient dans la nébuleuse protoplanétaire, il y a 4,5 milliards d'années. À l'approche du Soleil, leurs glaces se subliment et libèrent une atmosphère riche en molécules diverses, qui peut être sondée à distance grâce à des instruments au sol tels que le radiotélescope de 30 m de l'Institut de radioastronomie millimétrique (IRAM), équipé de puissants systèmes de détection.

Radiotélescope de 30 m de l’IRAM, situé dans la Sierra Nevada près de Grenade en Espagne. © N. Biver, Observatoire de Paris, LESIA

21 molécules identifiées dans la comète Lovejoy

Précisément, des observations réalisées en janvier 2015 avec ce radiotélescope ont permis de quantifier la production de 21 molécules au sein la comète Lovejoy, dont l'alcool éthylique (C2H5OH) et du plus simple des sucres, le glycolaldéhyde (CH2OHCHO), toutes deux présentes avec des abondances relatives à l'eau respectivement de 0,12 % et 0,02 %. « La quantité d'alcool éthylique qui s'échappe chaque seconde des glaces de la comète Lovejoy au périhélie correspond à celle contenue dans 500 bouteilles de vin ! », précise Nicolas Biver, chercheur CNRS à l'Observatoire de Paris et premier auteur de l'étude publiée dans Science Advances.

Parmi les autres ingrédients détectés, plusieurs sont des molécules organiques complexes, comme l'éthylène glycol (utilisé comme antigel), le formiate de méthyle, l'acétaldéhyde (ou éthanal), la formamide, l'acide formique et le formaldéhyde.

Ces molécules organiques ont une abondance relativement élevée, comparée à celles mesurées dans les régions de formation d'étoiles, ce qui est en accord avec une synthèse organique importante dans les régions extérieures de la nébuleuse protoplanétaire.

Graphique montrant les abondances relativement au méthanol (CH3OH, alcool méthylique) : celles mesurées dans les comètes Lovejoy et Hale-Bopp et, par comparaison, celles identifiées dans deux zones de formation d’étoiles sont également représentées sur le graphique des simulations disponibles dans la littérature scientifique de synthèse organique se produisant dans des régions d’un disque protoplanétaire, situées à 30 et 100 UA de la protoétoile centrale.

Des éléments pour comprendre l’origine de la Vie

Cette découverte intervient au cours d'une année déjà particulièrement productive pour la science cométaire, avec la mission Rosetta de l'Agence spatiale européenne qui étudie in situ la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Un certain nombre des molécules détectées dans la comète Lovejoy ont été également identifiées à la surface de Tchouri par les instruments de l'atterrisseur Philae (résultats publiés dans la revue Science, le 31 juillet 2015).

Ces deux comètes ne proviennent pas du même réservoir : nuage d’Oort (entre 10.000 et 100.000 UA du Soleil) pour Lovejoy et la ceinture de Kuiper (entre 30 et 50 UA) pour 67P/C-G. La comparaison de leur composition est donc très importante pour contraindre le lieu de formation de ces deux familles de comètes.

Celles-ci ont certainement contribué à l'apport d'eau et d'autres composés sur Terre durant les premières centaines de millions d'années de son existence. « La mise en évidence d'une complexité organique importante dans le matériau cométaire est un pas essentiel vers une meilleure compréhension des conditions qui prévalaient lors de l'apparition de la vie sur Terre », précise Dominique Bockelée-Morvan, chercheur CNRS à l'Observatoire de Paris et coauteure de l'étude.

Les observations à l'IRAM ont été complétées par des mesures du dégazage de vapeur d'eau de la comète obtenues grâce au grand radiotélescope de la station de radioastronomie de l'Observatoire de Paris, à Nançay (Cher) et à l'observatoire spatial submillimétrique Odin sous coopération franco-suédoise.

L'équipe scientifique

Ce résultat est le fruit d'une collaboration internationale comprenant des chercheurs CNRS et de l'Observatoire de Paris au sein du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique - LESIA (CNRS, Observatoire de Paris, UPMC, Université Paris-Diderot), du Laboratoire d'études du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères - LERMA (CNRS, Observatoire de Paris, UPMC, Université de Cergy-Pontoise, ENS), de l'IRAM financé par l'INSU, CNRS (France), le Max-Planck-Gesellschaft (Allemagne) et l'Instituto Geográfico Nacional (Espagne), du Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux (CNRS, Université de Bordeaux), de l'Observatoire de Stockholm et de la Nasa.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Spectaculaires images de la comète Lovejoy depuis l’ISS  La Nasa nous propose ici de spectaculaires images de la comète Lovejoy prises depuis l'ISS par le commandant Dan Burbank le 21/12/11. © Nasa