À chaque nouveau rapport sur les ovnis, les passionnés croisent les doigts. Mais ils risquent une fois de plus d’être déçus. Les enquêtes menées par le département américain de la défense n’ont toujours pas trouvé traces d’un quelconque engin extraterrestre dans notre ciel.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les OVNIS, que sont-ils réellement ? Les OVNIS désignent-ils forcément des engins extraterrestres ?

La Nasa vient tout juste d’annoncer le lancement de sa mission destinée à étudier les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Pan). Dans le même temps, le département américain de la défense (DoD) a remis un nouveau rapport sur les objets volants non identifiés (ovnis) au Congrès américain. Sa version déclassifiée devrait être rendue publique prochainement. Spoiler : sur les images de centaines d’observations enregistrées ces dernières années, pas un extraterrestre en vue !

Voir aussi

L’enquête de la Nasa sur les ovnis les plus mystérieux a commencé

Les experts du DoD dévoilent que plusieurs ovnis, plusieurs phénomènes aérospatiaux non identifiés récents, ont ainsi pu être rattachés à des survols de drones de surveillance chinois « relativement ordinaires ». Ou même à des « encombrants » de types ballons météorologiques. D’autres ont pu être expliqués par… des illusions d’optique.

Des explications et des points d’interrogation

Ce serait notablement le cas de l’une des plus fameuses vidéos d’ovnis rendues publiques ces dernières années. C’était en 2018. La vidéo que les réseaux sociaux connaissent sous le nom de « GOFAST ». Elle a été enregistrée par un avion de la marine américaine. Le mouvement ultrarapide de l’engin un moment supposé extraterrestre ne serait ainsi qu’illusion. Le résultat de l’angle d’enregistrement par rapport à l’eau. Et l’engin tout à fait terrestre en question ne dépasserait à aucun moment… les 48 km/h.

Les responsables du DoD reconnaissent que la plupart des ovnis restent classés comme « non identifiés ». Mais seulement, par manque de données. C’est donc tout le travail des experts que de réussir à collecter suffisamment d’informations autour de ces observations pour faire la lumière. En toute transparence. Mais dans la limite, toutefois, « de ce qui pourrait mettre en danger la sécurité nationale ».