L’eFlyer 2 est toujours en phase de test. Ce biplace électrique servira à la formation des équipages des compagnies aériennes. © Bye Aerospace

Sciences

Norvège : l'aviation veut passer au 100 % électrique

ActualitéClassé sous :avion , avion électrique , avion électrique Rolls-Royce

OSM Aviation, une société norvégienne de formation d'équipages pour les compagnies aériennes, vient de signer pour une commande de 60 avions électriques biplaces. Un record !

Après la multiplication des véhicules électriques sur les routes, le même phénomène débute dans les airs. Si Airbus a abandonné son projet d'avion électrique e-Fan, ce n'est pas le cas d'autres avionneurs comme l'Américain Bye Aerospace. La société basée à Denver dans le Colorado vient d'obtenir la plus importante commande d'avions électriques. C'est le groupe norvégien OSM Aviation qui vient de signer pour un contrat de 60 avions.

Il ne s'agit pas d'avions de ligne, loin de là, mais de biplaces électriques destinés à la formation des pilotes. D'une envergure de 12 mètres, le eFlyer 2 dispose d'une masse de plus de 860 kilogrammes avec deux personnes à bord. Il évolue grâce à un moteur Siemens SP70D développant l'équivalent de 115 chevaux, soit une puissance assez proche de celle des avions de tourisme. Le moteur peut être alimenté par six batteries pour une autonomie pratiquement équivalente à celle des avions à carburant en prenant en compte la réserve légale, soit 3 heures 30 minutes. Sa vitesse de pointe est de 250 km/h.

L’ambition norvégienne d’une flotte d’avions de ligne électriques

Lors de l'apprentissage, l'essentiel des vols consiste à réaliser des circuits de pistes (décollage, atterrissage), des exercices de maniabilité et des procédures d'urgence à proximité de l'aéroport. Ce type d'appareil est donc parfait pour réaliser la formation initiale des pilotes privés ou professionnels étant donné son faible coût horaire.

Pour le moment, l'avion - un eFlyer 2 - est toujours au stade de prototype. Il a réalisé son premier vol il y a un peu plus d'un an. Son tarif est évalué autour de 300.000 euros l'unité. Pour OSM Aviation, l'arrivée d'une telle flotte est bénéfique en raison du coût d'exploitation réduit, mais aussi avec en bonus l'argument écologique. Par ailleurs, ce contrat n'est que le début d'un projet bien plus important. La Norvège souhaite, en effet, faire basculer l'ensemble de son aviation commerciale sur le secteur des court-courriers en tout électrique à l'horizon 2040.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi