Dans le but de révolutionner les avions militaires furtifs, l'armée américaine planche sur un X-Plane dénué de gouvernes mobiles. Voici comment.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Premier vol réussi pour le TU Delft Flying-V, l'avion en forme de V Le concept d’aile volante soutenu par KLM a réalisé son premier vol cet été sous la forme d’unnull

Cela fait maintenant plusieurs années que l'agence de recherche et du développement de l'armée américaine, la Darpa, développe un X-Plane dans le cadre du projet Crane (Contrôle d'avions révolutionnaires avec de nouveaux effecteurs). L'appareil est conçu pour diminuer le plus possible le frottement de l'air sur sa carlingue afin d'augmenter les performances, et également réduire au maximum sa signature radar.

L'aéronef ne dispose pas d'éléments mobilesmobiles, tels des ailerons dérives ou volets. À leur place, la technologie repose sur ce que la Darpa appelle un système de contrôle actif de flux (AFC). On trouve sur la carlingue de petits propulseurs ou des aspirateursaspirateurs à air qui s'activent pour modifier l'écoulement de l'air autour de l'avion et le manœuvrer.

La Darpa annonce le lancement de la phase deux de son programme d’avion furtif futuriste. © Darpa Twitter

Un futur démonstrateur de trois tonnes

Ce 17 janvier, l'agence américaine a annoncé que la phase de conception préliminaire du programme est achevée. Cela signifie qu'un prototype doté du système AFC a été testé sur banc d'essai en soufflerie avec succès. La phase deux va maintenant débuter. Elle consistera à développer des logicielslogiciels et des commandes de vol pour pouvoir concevoir un véritable démonstrateur. Lors de la phase trois, un prototype à grande échelle de plus de trois tonnes incorporera l'AFC pour réaliser des essais en vol.

C'est toujours AuroraAurora Flight Sciences, une filiale de Boeing, qui va conduire ce programme. Pour le moment, sur son banc d'essai, l'avion est modulaire. Ce procédé permet de remplacer les ailes et les modules AFC. Cette modularité lui confère une certaine souplesse pour réaliser différents tests et trouver l'architecture la plus efficiente.


Le Pentagone travaille sur un X-Plane sans gouvernail ni ailerons

Optimiser l'écoulement de l'air autour de la carlingue d'un avion pour réduire à néant le frottement, c'est que ce cherche à faire le Pentagone avec un projet d'aéronef dénué de dérive ou d'ailerons.

Article de Sylvain Biget, publié le 23 novembre 2020

L'aéronef devrait ressembler à une pointe de flèche. Pas d'aileron, pas de gouverne de dérive, un profil allongé et pointu. Voici la vue d'artiste du projet d'avion expérimental de la filiale de Boeing, Aurora Flight Sciences. Pour cet X-Plane, le principe consiste à réduire au maximum le frottement de l'air sur la carlingue de l'appareil afin d'augmenter ses performances. Les travaux de recherche s'inscrivent dans le cadre du projet Crane (Contrôle d'avions révolutionnaires avec de nouveaux effecteurs) de la Darpa, l'agence de recherche et du développement de l'armée américaine.

Ce projet permettrait d'obtenir un avion militaire performant et furtif car doté d'une faible signature radar avec un tel profil. Plus d'ailerons donc, mais également plus de volets pour modifier le profil de l'aile à basse vitesse et éviter le décrochagedécrochage à proximité du sol. À leur place, la technologie repose sur le contrôle actif de flux (AFC).

Faire glisser l’air sans le freiner

Au lieu de plans mobiles, ce seront des petits propulseurs ou des aspirateurs qui s'activeront au besoin pour ajouter l'énergieénergie nécessaire à un mouvement, ou bien modifier l'écoulement de l'air autour de l'avion. Pour le reste, la carlingue de l'avion sera parfaitement lisse et dénuée de tout ce qui pourrait altérer l’aérodynamisme. Dans tous les cas, l'idée consiste à réduire au maximum le frottement pour améliorer le rendement. En plus d’Aurora, l'université d'Arizona aux États-Unis mènera les recherches pour une première phase qui durera au moins un an. À noter qu'en parallèle, d'autres travaux, avec à la clé un démonstrateurdémonstrateur, sont menés par Lockheed Martin et la Georgia Tech Rechearch Corp. sous l'autorité de la Darpa.