Avec la mission Mars 2020, la Nasa doit relever deux défis : poser la charge utile la plus lourde jamais envoyée sur Mars et viser un atterrissage de précision en prévision de la mission de retour d'échantillons martiens. Le parachute de la mission va donc jouer un grand rôle. Et pour s'assurer qu'il se déploiera correctement sans se déchirer, la Nasa en a testé plusieurs, de conceptions différentes. Le modèle retenu a été testé il y a quelques jours dans le cadre du programme Aspire (Advanced Supersonic Parachute Inflation Research Experiment).
Cela vous intéressera aussi

Pour poser le rover Mars 2020, qui doit décoller de TerreTerre début 2020, la NasaNasa prévoit d'utiliser un système d'atterrissage similaire à celui de Curiosity mais avec comme grande différence que Mars 2020Mars 2020 réalisera un atterrissage de précision pour préparer le retour d'échantillons martiensretour d'échantillons martiens. En effet, il pourra ouvrir son parachuteparachute au moment jugé le plus opportun en tenant compte de deux paramètres : sa position et sa vitessevitesse. Cela doit contribuer à réduire l'ellipse d'atterrissage de plus de 50 % et donc viser un site d'atterrissage plus précis.


Essai réussi de déploiement d'un parachute de test, similaire à celui qui sera utilisé pour poser sur Mars le rover Mars 2020. © Nasa / JPL-Caltech

Malgré le succès de l'atterrissage de Curiosity en août 2012, notamment freiné par son parachute de 20 mètres de diamètre et long de 50 mètres - le plus grand jamais réalisé pour un vol extraterrestre -, ce parachute ne sera pas réutilisé tel quel. Un nouveau a été développé, encore plus résistant, pour tenir compte de deux nouveaux paramètres par rapport à la mission Mars Sciences Laboratory.

La mission la plus lourde jamais envoyée sur Mars

Mars 2020 est la mission qui transportera la charge utile la plus lourde jusqu'à présent à la surface de Mars. À cela s'ajoute que du fait de l'atterrissage de précision recherché et quelle que soit l'altitude à laquelle le parachute va se déployer, la force de freinage générée, dans un flux supersonique, ne doit évidemment pas provoquer un claquement trop fort. Claquement qui risquerait de le déchirer voire le contraindre à partir en vrille.

Pour s'assurer que cela ne sera pas le cas, et après avoir testé différents types de parachutes, la Nasa et le JPLJPL ont porté leur choix sur un parachute qui a récemment été testé avec une charge utile record de 38 tonnes. Cette massemasse est la plus lourde jamais utilisée avec un parachute supersonique ; elle est à comparer aux trois tonnes du véhicule de rentrée, de l'étage de descente et du roverrover à poser sur Mars.

Le saviez-vous ?

En février 2021, le rover Mars 2020 atterrira sur la planète Mars sur un site qui n’a pas encore été choisi (il sera choisi d’ici fin 2018). En février 2018, la communauté scientifique a réduit la liste de sites potentiels de huit à trois, puis en a ajouté un quatrième en octobre. Ces quatre sites représentent des environnements fondamentalement différents mais ont en commun qu’ils auraient pu abriter la vie dans un passé reculé. On compte :

  • un ancien lac situé dans le cratère Jezero (qui pourra receler des fossiles de micro-organismes) ;
  • un volcan bouclier situé au nord-est de la région Syrtis Major (où des eaux chaudes auraient pu entrer en interaction chimique avec des roches) ;
  • les fameuses Columbia Hills, situées à l'intérieur du cratère Gusev exploré par le rover Spirit entre 2004 et 2010 (qui auraient aussi pu être des sources d’eau chaude) ;
  • Midway, un site situé entre le cratère Jezero et la région Syrtis Major, qui pourrait être la synthèse idéale entre ces deux sites.

Pour réaliser ce test, le JPL et la Nasa ont utilisé une fusée Black Brant IX de 17,7 mètres qui a largué un parachute à 38 kilomètres d'altitude, à la vitesse de Mach 1,8. Ce dernier s'est ouvert en seulement quatre dixièmes de seconde. À cette altitude, la densité de l'atmosphèreatmosphère terrestre est similaire à celle de l'atmosphère martienne à 10 kilomètres, altitude à laquelle le parachute du rover se déploiera à une vitesse supersonique. Sur Terre, à 10 kilomètres d'altitude, l'atmosphère est 100 fois plus dense que celle de Mars à la même altitude.