Sciences

Voyager 1 dans l'héliopause aux confins du système solaire ?

ActualitéClassé sous :Astronomie , Voyager 1 , héliopause

La sonde américaine Voyager 1, lancée en 1977 et maintenant située à 14 milliards de kilomètres du Soleil, est-elle parvenue aux limites de l'héliosphère ? De nombreux spécialistes en sont désormais convaincus.

Les sondes Voyager 1 et 2 envoyées en 1977 pour explorer les 4 planètes géantes de notre système solaire

En 2003 déjà, Stamatios Krimigis du John Hopkins University et ses collègues, constatant une hausse soudaine du champ magnétique par un facteur 1,7, avaient annoncé le franchissement par Voyager 1 de la zone du choc terminal. Dans cette région, la vitesse du vent solaire chute en effet brutalement ce qui se traduit par une accumulation et une densité plus importante des particules chargées éjectées par le Soleil, d'où un champ magnétique plus élevé.

Mais certains doutaient de cette interprétation et voyaient plutôt dans cette augmentation la conséquence d'une expansion de l'héliosphère liée à l'activité solaire. Avec la fin de l'activité maximale du Soleil mi-2004, un reflux de l'héliosphère était attendu. Et pourtant, en décembre dernier, les données de Voyager 1 ont indiqué une nouvelle hausse d'un facteur 2,5 de l'intensité du champ magnétique.

Cette fois-ci donc, la sonde semble bien être arrivée à la frontière extérieure de l'héliosphère, au-delà de l'onde de choc terminal du vent solaire, dans l'héliopause. Il lui faudra cependant encore plusieurs années pour la franchir et atteindre le "bow shock" (ou choc de l'étrave, ainsi dénommé à cause des ondulations causées par le vent solaire), l'ultime frontière qui sépare le système solaire du milieu interstellaire.

D'ores et déjà, les observations accumulées par cette sonde ont montré que la zone frontière de l'héliosphère est sensiblement plus complexe qu'on ne le pensait. Les scientifiques espèrent obtenir encore des mesures de Voyager 1 et 2 jusqu'en 2020.

Cela vous intéressera aussi