Le satellite solaire Soho a saisi le 10 mai la chute d'une comète sur notre étoile et une éjection de masse coronale le lendemain.
Cela vous intéressera aussi

SohoSoho, comme Cluster et Stereo, fait partie de l'armada de satellites destinés à mieux comprendre le fonctionnement du SoleilSoleil et ses sautes d'humeur. Soho (pour SOlar and Heliospheric Observatory) est le plus ancien des observatoires solaires en orbiteorbite encore opérationnel. Il est installé en équilibre au point de Lagrangepoint de Lagrange L1, là où s'annulent l'attraction de la TerreTerre et celle du Soleil. Lancé en décembre 1995, cet observatoire solaire a fêté au début de l'année 2011 la découverte de sa 2.000e comète.

On pourrait s'étonner qu'un satellite destiné à l'observation du Soleil puisse découvrir des astresastres chevelus. C'est tout simplement que Soho dispose d'un triple coronographecoronographe dédié à l'imagerie de la couronne solairecouronne solaire. Lasco (pour Large Angle and Spectrometric Coronagraph) peut donc tout à loisir surveiller les abords de notre étoileétoile sans être ébloui par sa lumièrelumière, ce qui lui permet par exemple d'épier les planètes lorsqu'elles sont en conjonctionconjonction supérieure, dans un alignement Terre-Soleil-planète.


Les 10 et 11 mai, Soho observait la chute d'une comète sur le Soleil suivie d'une éjection de masse coronale. © Nasa/Soho/Solar Watcher/YouTube

Spectacle solaire

Certaines comètes passent parfois si près du Soleil qu'elles sont victimes de son attraction et finissent vaporisées dans la fournaise. C'est ce que Soho a observé le 10 mai dernier. Bien entendu, cet événement, qui n'est pas exceptionnel en raison de la taille de notre étoile (laquelle représente plus de 99,8% de la massemasse totale du Système solaireSystème solaire et attire de nombreux corps célestes), n'a eu aucune incidenceincidence sur le fonctionnement de la chaudière solaire. Le jour suivant, sans que cela n'ait un quelconque rapport avec la chute de l'astre chevelu, le Soleil en pleine reprise d'activité a émis une énorme bouffée de plasmaplasma également appelée CME (Coronal Mass Ejection) que n'a pas manqué d'enregistrer le coronographe de Soho.

Cette bulle de plasma est entrée deux jours plus tard en contact avec la magnétosphèremagnétosphère terrestre, déclenchant un orageorage magnétique accompagné de belles aurores boréales.