Sciences

Le télescope Hubble vient-il d'offrir deux nouvelles lunes à Pluton ?

ActualitéClassé sous :Astronomie , pluton , lunes

Le 15 mai dernier, le télescope spatial Hubble braquait ses yeux sur Pluton, la neuvième planète du système solaire. Outre la lune Charon, découverte en 1978, les clichés pris par la caméra embarquée, l'"Advanced Camera for Surveys", avaient révélé la présence de deux autres astres, deux fois plus éloignés de Pluton que Charon.

A leur plus grand étonnement, les astronomes avaient alors découvert trois jours plus tard, lors d'une nouvelle observation, que les deux astres en question se trouvaient toujours à la périphérie de Pluton, mais semblaient avoir subi une rotation dans le sens trigonométrique. Il n'en fallait pas plus pour que ces planètes soient assimilées à des lunes potentielles de Pluton, et nommées provisoirement P1 et P2.

Clichés pris le 15 et 18 Mai 2005 par Hubble On y aperçoit les deux nouvelles lunes potentielles de Pluton (Crédit : NASA)

Comme le montrent les clichés ci-dessus pris les 15 et 18 Mai derniers, les lunes potentielles P1 et P2 (Candidate Satellites) se sont nettement moins déplacées que Charon. D'après la Nasa, elles ont été observées à une distance moyenne de 49 000 kilomètres de Pluton, et sont donc deux fois plus éloignées de la planète que Charon.

 Alors, pourquoi ne les a-t-on pas découvertes plus tôt, comme par exemple lors des observations réalisées par Hubble en Juin 2002 ?

Simplement parce qu'elles sont 5000 fois moins brillantes que Charon et Pluton et que, comme deux bougies posées derrière deux spots, elles étaient trop sombres pour apparaître sur les clichés. Ce n'est que lors des récentes observations, et en usant d'un long temps d'exposition, que ces nouveaux astres sont apparus.

Image de Pluton et Charon capturée par Hubble lors de l'une de ses observations précédentes P1 et P2 n'y apparaissent pas (Crédit :NASA)

"Si, comme nous l'indiquent les images d'Hubble, Pluton n'a pas un, mais trois satellites, il deviendra le premier objet de la ceinture de Kuiper à avoir plus d'une lune", a déclaré Hal Weaver, un astrophysicien de l'université Johns Hopkins ayant participé à la découverte.

Cette nouvelle intéresse d'autant plus les astronomes que la ceinture de Kuiper dont parle Hal Weaver - cette région glacée en forme d'anneau située au delà de Neptune - recèle sûrement des corps issus du disque d'accrétion à l'origine de notre système solaire.

Les chercheurs envisagent de poursuivre les observations en février prochain. Ces nouvelles données permettront sûrement d'affirmer si Pluton a, oui ou non, deux nouvelles lunes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi