Sciences

Télescope géant EELT : l'Espagne le veut chez elle !

ActualitéClassé sous :Astronomie , EELT , GTC

Alors que le futur télescope européen géant EELT (European Extremely Large Telescope) semblait destiné au Chili, après les dernières recommandations de l'ESO, l'Espagne vient d'annoncer qu'elle était prête à en payer 25% pour l'accueillir sur l'île de La Palma, aux Canaries.

Au sommet de l'île de La Palma, aux Canaries, la coupole du Gran Tecan trône majestueusement au-dessus des nuages. Qualité du site, avance technologique et offre financière alléchante suffiront-elles à convaincre l'ESO de construire l'EELT en terre espagnole ? Crédit J.-B. Feldmann

L'affaire semblait réglée : le EELT, le futur télescope géant de 42 mètres de diamètre que les Européens envisagent de construire, devait être installé sur le continent sud-américain. Il aurait rejoint logiquement les trois autres observatoires de l'ESO situés dans les Andes chiliennes, à La Silla, au Paranal (siège du prestigieux VLT, le Very Large Telescope) et à Chajnantor.

Mais voilà que l'Espagne, un des 14 membres de l'ESO (European Space Organization), vient de faire entendre sa voix, avec un argument de taille : si l'EELT est finalement installé aux Canaries, les Espagnols s'engagent à financer le quart de sa construction !

L'astronomie, une passion espagnole

L'attachement de l'Espagne au développement de l'astronomie n'est un secret pour personne : l'île canarienne de La Palma accueille déjà depuis 2007 le Gran Tecan, ou GTC (Gran Telescopio Canarias), actuellement le plus grand télescope du monde. Il est composé d'un assemblage de 36 miroirs hexagonaux (ce qui représente l'équivalent d'un miroir sphérique de 10,40 mètres de diamètre), une technique que les ingénieurs espagnols maîtrisent et qui leur donne une certaine légitimité pour envisager la réalisation de l'EELT dont la conception optique sera identique.

La surface collectrice du Grand Télescope des Canaries est conçue selon un assemblage optique comparable à celui qui a été choisi pour l'EELT. Crédit J.-B. Feldmann

Si ce géant (voir notre galerie de photos) a été installé sur cette terre espagnole, c'est pour deux raisons. D'une part le site du GTC est un des meilleurs au monde. A 2.396 mètres d'altitude, au sommet del Roque de los Muchachos sur le bord d'une caldeira, le ciel est exceptionnellement pur et la météo excellente, avec moins de 20 jours de pluie par an.

Le lieu a d'ailleurs séduit d'autres nations (Angleterre, Italie, Suède...) qui y ont installé différents instruments : télescopes destinés à l'étude des supernovae et des galaxies, télescopes solaires, télescope Cherenkow pour l'étude des rayonnements gamma ou encore télescope dédié à la spectroscopie et la sismologie stellaire.

L'inauguration du Gran Tecan a eu lieu le 24 juillet 2009 en présence du roi d'Espagne Juan Carlos, passionné d'astronomie, et de la reine Sofia. Crédit AFP / D. Martin

Quand le roi s'en mèle

D'autre part l'Espagne a montré son attachement à cette réalisation en finançant le projet à hauteur de 90%, ce qui lui donne un quasi-monopole sur l'instrument. Lors de son inauguration l'an dernier, le GTC a même reçu la visite du Roi d'Espagne qu'on sait passionné d'astronomie au point de bouleverser le protocole en demandant à rester la nuit pour observer !

Il reste quelques semaines à l'ESO qui devra trancher d'ici juin pour choisir le lieu d'implantation de l'EELT. D'un côté le site du VLT au Chili dont la salle de commande pourrait être utilisée pour piloter le nouveau géant européen, de l'autre le sommet espagnol de La Palma avec un soutien financier de poids. Le suspens continue...

Cela vous intéressera aussi