Depuis une vingtaine d’années, on savait que la température moyenne de l’atmosphère de Pluton était plus élevée que celle du sol. Mais on ne pouvait l’expliquer, et c’est maintenant chose faite.
Cela vous intéressera aussi

La planète naineplanète naine Pluton est entourée d'une atmosphèreatmosphère très ténue, environ 100.000 fois moins dense que celle de la TerreTerre. Depuis les années 1980, l'avènement des très grands télescopestélescopes et l'augmentation de la sensibilité des instruments ont permis de la caractériser par occultationoccultation stellaire et de déterminer qu'elle était composée essentiellement d'azoteazote, pour une température de ses couches supérieures d'environ 100 kelvinskelvins (K).

Cette température posait cependant problème, car elle apparaissait plus élevée de 50 K que celle du sol, sans que l'on puisse en expliquer la raison. Et cela d'autant que les observations n'avaient pas permis d'en sonder les couches profondes, laissant envisager la présence d'une troposphèretroposphère plus froide de plusieurs dizaines de kilomètres d'épaisseur. En 1992, de nouvelles données spectrométriques dans l'infrarougeinfrarouge avaient permis d'établir la présence de méthane gazeux, mais sans pouvoir en déterminer la proportion.

L'énigme dura jusqu'en août 2008, lorsqu'une équipe d'astronomesastronomes franco-britannique conduite par le planétologue Emmanuel Lellouch, de l'Observatoire de Paris-Meudon, a obtenu des spectresspectres extrêmement précis du méthane atmosphérique de PlutonPluton au moyen de l'instrument Crires (CRyogenic high-resolution InfraRed Echelle Spectrograph) monté au foyerfoyer de l'unité UT1, le télescope Antu de 8,20 mètres du VLTVLT (Very Large Telescope).

L’instrument Crires au foyer du télescope Antu de 8,20 mètres. Crédit : ESO

L’instrument Crires au foyer du télescope Antu de 8,20 mètres. Crédit : ESO

Pluton a-t-elle une banquise de méthane gelé ?

Ce spectre résout une vingtaine de raies caractéristiques du méthane, permettant d'en évaluer très précisément l'abondance et la température moyenne. Celle-ci est d'environ 90 K, ce qui confirme une température atmosphérique plus chaude qu'en surface, pour une pressionpression au sol comprise entre 6 et 24 microbars (0,6 à 2,4 pascals). L'abondance moyenne du méthane par rapport à l'azote est de 0,5%.

Contrairement à la Terre, il apparaît donc que l'atmosphère de Pluton ne comporte qu'une troposphère très réduite et une très forte inversion thermique. Celle-ci est facilement expliquée par la présence du méthane, qui absorbe le rayonnement solairerayonnement solaire à la façon de l'ozoneozone atmosphérique terrestre, mais dans l'infrarouge et non dans l'UVUV, le réémettant sous forme de chaleurchaleur. Cela suffit à réchauffer l'atmosphère de plusieurs dizaines de degrés en quelques kilomètres.

Une autre énigme subsiste cependant. La présence de méthane et d'azote atmosphérique implique leur existence en surface sous la forme solidesolide. Mais si cette explication convient pour l'azote, elle ne suffit pas pour le méthane, beaucoup moins volatil, et une abondance relative de 0,5 % implique l'existence d'un autre processus d'enrichissement. Les astronomes postulent actuellement l'existence de lacs de méthane gelé à l'état pur, ou d'une mince pellicule de méthane qui recouvrirait l'ensemble ou la majeure partie de la planète naine. Des hypothèses qui devraient se voir confirmées ou non lors du suivi année après année de l'atmosphère, et plus encore lors du survolsurvol de Pluton par la sonde New Horizons en 2015.