Les informations fournies par les télescopes, en orbite ou au sol, et par les instruments embarqués à bord de sondes deviennent chaque jour plus précises. Ainsi, l’année 2008 a été marquée par l’obtention des premières images directes d’exoplanètes tandis que WMap nous a livré de nouvelles données sur le rayonnement fossile, le rayonnement de fond diffus. Les théories de l’inflation et des univers chiffonnés en sortent renforcées, même si rien n’est encore sûr.
Cela vous intéressera aussi

L'année 2008 commence avec la publication de nouvelles analyses du rayonnement fossilerayonnement fossile et leur comparaison avec le modèle cosmologique de Jean-Pierre LuminetJean-Pierre Luminet et ses collègues. Cet astronomeastronome reçoit d'ailleurs dans la foulée le Prix européen de la communication scientifique et accorde une interview à Futura-Sciences. L'équipe de WMap publie à peu près au même moment le résultat des cinq dernières années d'observations du satellite concernant le CMB, là aussi favorable à la théorie de Jean-Pierre Luminet et à celle d'Andrei Linde, l'un des pères de l'inflation.

Arthur C. Clarke décide de nous quitter, pour, espérons-le partir retrouver David Bowman et le monolithe noir... Comme pour marquer l'événement, le plus puissant sursautsursaut gamma connu est observé...à l'œilœil nu !

Les planétologues sont à la fête avec les images de MercureMercure révélées par la sonde Messenger et la preuve de la présence d'eau sur Mars apportée par la sonde Phoenix. On commence à comprendre timidement la nature de l'énergie noireénergie noire tandis que le trou noirtrou noir central de la Voie lactéeVoie lactée se livre peu à peu à notre regardregard.

Le plus extraordinaire est sans doute l'obtention des premières images d'exoplanètesexoplanètes en orbiteorbite alors que jusqu'à présent seules étaient possibles des détections indirectes. Que ce soit avec Bêta Pictoris, Fomalhaut b ou HR-8799, c'est un vieux rêve qui se réalise. La possibilité de découvrir des exoterresexoterres et peut-être de la vie dans la banlieue proche du système solairesystème solaire est plus crédible que jamais.

18 février > Jean-Pierre Luminet explique le modèle de l'Univers fini

Jean-Pierre Luminet. Crédit : luth2.obspm.fr

Jean-Pierre Luminet. Crédit : luth2.obspm.fr

A l'occasion de la publication de nouveaux résultats confortant l'hypothèse d'un UniversUnivers fini, mais à la topologie particulière, l'un des principaux promoteurs de ce modèle, Jean-Pierre Luminet, répondait aux questions de Futura-Sciences sur cette fascinante théorie cosmologique.

10 mars > WMap livre les mesures les plus précises du rayonnement fossile.

De Cobe à WMap, les observations des cosmologistes concernant le rayonnement fossile deviennent de plus en plus précises. Crédit : université de Rochester

De Cobe à WMap, les observations des cosmologistes concernant le rayonnement fossile deviennent de plus en plus précises. Crédit : université de Rochester

Les résultats sont tombés sans bruit sur le site de l'équipe scientifique du Wilkinson Microwave Anisotropy Probe (WMap) lancé le 30 Juin 2001. Les analyses des cinq premières années d'observations cumulées du rayonnement de fond diffusdiffus sont désormais à la disposition de toute la communauté des cosmologistes et des physiciensphysiciens des hautes énergies. Pas de révolution mais de quoi préciser de nombreux paramètres.

19 mars > Arthur C. Clarke est décédé : les mondes de 2001 sont orphelins

Arthur C. Clarke. Crédit : Nasa/JPL

Arthur C. Clarke. Crédit : Nasa/JPL

Il a fait rêver des centaines de millions de personnes et inspiré la génération des ingénieurs explorant aujourd'hui les sablessables de Mars et les luneslunes de SaturneSaturne. L'inventeur du concept de satellite de télécommunication géostationnaire et le prolifique auteur de science-fiction Sir Arthur Charles ClarkeArthur Charles Clarke est décédé au Sri Lanka, à 1 h 30 du matin (heure locale), le 19 mars 2008.

21 mars > Un sursaut gamma record, visible à l'œil nu !

Schémas montrant à gauche le mécanisme probable des sursauts gamma longs et à droite le mécanisme probable des sursauts gamma courts. Crédit : David Darling

Schémas montrant à gauche le mécanisme probable des sursauts gamma longs et à droite le mécanisme probable des sursauts gamma courts. Crédit : David Darling

Le flashflash lumineux n'a duré que quelques minutes, mais SwiftSwift et d'autres télescopestélescopes, eux, l'ont vu et photographié. Pourtant, le rayonnement de ce sursaut gamma a parcouru 7,5 milliards d'années-lumièreannées-lumière avant de briller dans le ciel de la TerreTerre. L'énergie libérée est fantastique : pendant son éclat, GRB 080319B était 2,5 millions de fois plus lumineux que la plus brillante des supernovaesupernovae...

9 juillet > Le nouveau visage de Mercure révélé par Messenger

Cliquez pour agrandir. La surface de Mercure observée par <em>Messenger</em>. Crédit : JHU APL, Nasa
Cliquez pour agrandir. La surface de Mercure observée par Messenger. Crédit : JHU APL, Nasa

Mercure était à l'honneur dans la revue Science qui publiait onze articles portant sur les découvertes de la sonde Messenger lors de son survolsurvol de la planète en janvier 2008. Mercure apparaît plus complexe qu'on ne le pensait, notamment par le rôle du volcanismevolcanisme dans le modelage de sa surface. Le mystère de son champ magnétiquechamp magnétique, lui, demeure...

1 août > Phoenix a trouvé de l'eau sur Mars !

La preuve de la présence d'eau sur la Planète rouge a été directement confirmée par la sonde Phoenix, dont les instruments ont pu l'analyser, la goûter et la sentir...

<em>Phoenix</em> à la recherche d'eau sur Mars, vision d'artiste. Crédit : Nasa

Phoenix à la recherche d'eau sur Mars, vision d'artiste. Crédit : Nasa

14 novembre > Fomalhaut b, une exoplanète saisie dans le visible par Hubble

L'image prise avec le coronographe de Hubble montre l'anneau de poussières autour de Fomallhaut. Le zoom montre une tache brillante se déplaçant de 2004 à 2006 selon une orbite autour de l'étoile . C'est Fomalhaut b. Crédit : <em>NASA, ESA, P. Kalas, J. Graham, E. Chiang, E. Kite (University of California, Berkeley), M. Clampin (NASA Goddard Space Flight Center), M. Fitzgerald (Lawrence Livermore National Laboratory), and K. Stapelfeldt and J. Krist (NASA Jet Propulsion Laboratory)</em>

L'image prise avec le coronographe de Hubble montre l'anneau de poussières autour de Fomallhaut. Le zoom montre une tache brillante se déplaçant de 2004 à 2006 selon une orbite autour de l'étoile . C'est Fomalhaut b. Crédit : NASA, ESA, P. Kalas, J. Graham, E. Chiang, E. Kite (University of California, Berkeley), M. Clampin (NASA Goddard Space Flight Center), M. Fitzgerald (Lawrence Livermore National Laboratory), and K. Stapelfeldt and J. Krist (NASA Jet Propulsion Laboratory)

La patience a payé pour un groupe d'astronomes américains. En étudiant avec le télescope Hubbletélescope Hubble durant plusieurs années l'étoileétoile Fomalhaut située à seulement 25 années-lumière de la Terre, les chercheurs ont obtenu les premières images dans le visible d'une exoplanète trois fois plus massive que JupiterJupiter, Fomalhaut b.

14 décembre > Zoom sur le trou noir de notre Galaxie

Au centre de cette image se trouve Sagittarius A*. Crédit : Nasa

Au centre de cette image se trouve Sagittarius A*. Crédit : Nasa

En 2002, un groupe d'astronomes allemands annonçait avoir démontré qu'un trou noir supermassiftrou noir supermassif existait au cœur de la Voie lactée après avoir suivi pendant dix ans les mouvementsmouvements de certaines étoiles. Les chercheurs ont encore renforcé leur conclusion. Le dénommé Sagittarius A* est désormais le mieux connu des trous noirs galactiques et devrait bientôt devenir un extraordinaire laboratoire pour tester des effets fins de la relativité généralerelativité générale.

26 décembre > L'énergie noire contrôle la croissance des amas de galaxies

Abell 1689, un amas de galaxies vue par Hubble avec un effet de lentille gravitationnelle. Crédit : Nasa

Abell 1689, un amas de galaxies vue par Hubble avec un effet de lentille gravitationnelle. Crédit : Nasa

Elle a été introduite théoriquement en 1917 par Albert EinsteinEinstein et observée une première fois en 1998 par deux groupes indépendants d'astronomes... Il s'agit bien sûr de la constante cosmologiqueconstante cosmologique. Des observations menées à l'aide du satellite ChandraChandra montre qu'elle n'accélère pas seulement l'Univers mais contrôle aussi la croissance des amas de galaxiesamas de galaxies.