Sciences

Un rémanent de supernova tout en dentelles

ActualitéClassé sous :Astronomie , Supernova , constellation du cygne

La constellation du Cygne abrite les restes de l'explosion d'une supernova survenue il y a très longtemps. Cette nébuleuse fait les délices des astronomes amateurs, observateurs et photographes.

Une partie des Dentelles du Cygne ; les filaments gazeux voyagent dans l'espace depuis l'explosion de la supernova il y a plusieurs dizaines de milliers d'années. Crédit Lucien Marcot

L'histoire se passe il y a quelques dizaines de milliers d'années, la date est très incertaine. Nos ancêtres nomades passent leurs nuits dehors, rassurés par l'immuabilité du ciel. Les étoiles sont là, accrochées à la voûte céleste. Seuls se déplacent la Lune et le Soleil, et la régularité de leurs mouvements sert à rythmer la vie quotidienne. Cinq petits points lumineux (les planètes visibles à l'œil nu) circulent lentement au milieu des constellations, mais ils semblent si éloignés qu'on n'y prête guère attention.

C'est alors qu'un phénomène incroyable se produit : une étoile particulièrement brillante apparaît dans une région du ciel que l'astronome grec Ptolémée appellera beaucoup plus tard la constellation du Cygne (au deuxième siècle après Jésus-Christ). L'éclat de cette étoile est exceptionnel, il surpasse celui de tous les astres nocturnes ; sous ce phare céleste, les hommes inquiets peuvent même voir leur ombre en pleine nuit. Cette nouvelle étoile va briller ainsi pendant plusieurs semaines puis son éclat faiblira et le ciel nocturne retrouvera peu à peu sa quiétude. Sans le savoir, nos ancêtres ont assisté à l'explosion d'une étoile, ce qu'on appelle une supernova.

Personne n'a pu à une époque aussi lointaine retranscrire un tel récit, mais on peut facilement imaginer ce qui s'est passé à partir de textes plus récents qui relatent un événement similaire. En 1054 les chroniqueurs chinois ont laissé la trace écrite d'une explosion de supernova à l'origine de la nébuleuse du Crabe. Cette étoile nouvelle apparue dans la constellation du Taureau brilla en plein jour pendant trois semaines ; elle était pourtant quatre fois plus éloignée que la supernova du Cygne !

On distingue de nombreuses nébulosités sur cette image de la constellation du Cygne. Les dentelles de SNR G074.0-08.6 sont encadrées. Crédit Patrick Bornet

Un rémanent tout en dentelles

Sans trace écrite, comment savoir qu'une supernova est apparue dans le Cygne il y a des dizaines de milliers d'années ? Lors de l'explosion d'une étoile, la matière éjectée va se répandre dans l'espace et former un rémanent. C'est en quelque sorte la signature de la supernova : une nébulosité en perpétuelle expansion qui révèlera la dramatique explosion survenue il y a bien longtemps. Si l'on compte de nombreux rémanents, l'observation d'une supernova est un phénomène rare ; la dernière explosion d'étoile dans notre galaxie remonte à 1604 ! Les astronomes les traquent donc dans les autres galaxies, ce qui augmente sensiblement les chances d'en observer. Leur détection se fait toujours quelques heures ou quelques jours après le début du phénomène, et il aura fallu attendre janvier 2008 pour vivre en direct (et fortuitement bien sûr) une explosion d'étoile.

Mais revenons à notre supernova dans le Cygne : qu'en reste-t-il ? Armé d'un gros télescope d'amateur d'au moins 30 centimètres de diamètre, on découvre visuellement de fines draperies qui s'étendent sur plusieurs degrés carrés. Les astronomes leur ont donné un nom évocateur : les Dentelles du Cygne. Elles sont constituées de différents lambeaux de gaz disposés en cercle, chaque morceau portant un numéro différent : NGC 6960, NGC 6990 et NGC 6995. Il s'agit d'un rémanent en coquille : la propagation du gaz à partir de la supernova se fait de façon plus ou moins circulaire, selon la nature du milieu interstellaire dans lequel il se propage.

C'est en photographie que les Dentelles du Cygne révèlent leur beauté. L'astrophotographe Lucien Marcot s'est fait une spécialité des images de nébuleuses enregistrées avec différents filtres avant d'être colorisées. Habitué de notre forum d'astronomie (son pseudo est "marsululu"),il nous a proposé dernièrement cette magnifique image d'une partie des Dentelles réalisée en cumulant un total de 6 heures de poses avec une caméra ccd placée derrière une lunette de 130 millimètres de diamètre. Les Dentelles restent un objet de choix pour les astrophotographes en cette période de l'année : la constellation du Cygne passe en effet au zénith tout l'été en milieu de nuit.  

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi