Sciences

Sur la piste de la matière noire

ActualitéClassé sous :Astronomie

-

Des structures gazeuses en forme de filament reliant les galaxies les unes aux autres ont été détectées grâce au télescope Chandra. Ces structures, dévoilées par leur effet sur le rayonnement X en provenance d'objets célestes lointains, les quasars, représenteraient une quantité totale de matière supérieure à celle de toutes les étoiles de l'Univers réunies.

La matière noire de l'Univers, prédite par la théorie mais jusqu'alors jamais détecté, serait présente dans ces filaments. La découverte fournit une preuve indirecte de l'existence de cette matière, a déclaré Igor Liubarsky, du groupe astrophysique de l'Imperial College (Londres, Royaume-Uni).

Les astronomes soupçonnaient déjà fortement, sur la base de la théorie du Big bang et des observations portant sur l'Univers primitif, l'existence de ces structures intergalactiques, a déclaré Claude Canizares, du Massachusetts Institute of Technology (MIT, Etats-Unis) et co-directeur d'une des quatre équipes ayant contribué à la découverte. En effet, durant les premiers milliards d'années de l'Univers, 20 % environ de la matière se rassembla pour constituer des groupes et amas de galaxies. Selon les scientifiques, l'essentiel de la matière " normale " restante et de la matière noire formèrent une immense toile filamenteuse reliant les amas de galaxies.

La matière composant cette toile était supposée être si chaude qu'elle ne devait pas être visible par les télescopes optiques, infrarouges et radio. Précisément la température du gaz constituant les filaments découverts serait comprise entre 300000 et 3 millions de degrés Kelvin, ce qui en fait l'un des gaz les plus chauds de l'Univers.

Les observations permises par Chandra, télescope à rayons X, auxquelles ont été adjointes des observations en ultraviolet, constituent une avancée majeure dans la compréhension de la façon dont l'Univers a évolué durant les 10 derniers milliards d'années, selon Fabrizio Nicastro, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics (Cambridge, Etats-Unis) et directeur d'une des équipes impliquées dans la découverte. Grâce à la découverte, il sera peut-être possible selon les chercheurs, de cartographier la distribution de matière noire dans l'Univers et d'en comprendre l'origine.

Les recherches sont relatées dans l' Astrophysical Journal.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi