Sciences

Impact sur Jupiter en 2009 : premiers éléments d'enquête

ActualitéClassé sous :Astronomie , Jupiter , impact

Des chercheurs de l'Université du Pays basque viennent de publier aux côtés d'une équipe américaine la première étude concernant un impact survenu sur Jupiter l'année dernière.

Même les astronomes amateurs ont pu photographier l'impact de 2009, comme en témoigne cette planche d'images réalisées avec une caméra CCD et un télescope de 254 millimètres de diamètre. Crédit Marc Delcroix

Le 20 juillet 2009, 15 ans exactement après la chute de la comète Shoemaker-Levy 9 sur Jupiter, l'astronome amateur australien Anthony Wesley annonçait qu'il venait d'observer une tache sombre sur Jupiter, résultat probable d'un nouvel impact. Immédiatement de grands télescopes terrestres étaient mobilisés comme le télescope de 1 mètre de diamètre de l'Observatoire du Pic du Midi. On faisait également appel au télescope spatial Hubble, alors en pleine phase de calibrage de ses nouveaux instruments amenés deux mois plus tôt au cours de la mission STS-125, dernière visite de maintenance pour cet instrument. Les astronomes ne manquaient pas de pointer également leurs instruments, comme par exemple Marc Delcroix, auteur de la planche en bas de cet article.

Les images obtenues montrèrent que le nuage sombre observé dans le domaine visible était brillant en infrarouge. L'impact d'un astéroïde ou d'une comète n'avait pu être suivi en direct car il s'était produit du côté opposé à la Terre mais il avait laissé sa signature. On observait un échauffement intense de la troposphère de Jupiter, accompagné d'une remontée de molécules d'ammoniac des profondeurs de la géante gazeuse. Cette cicatrice avait disparu au bout de quelques semaines.

Une équipe du Groupe des Sciences Planétaires de l'Université du Pays basque dirigée par le professeur Agustín Sánchez Lavega vient de publier dans la revue Astrophysical Journal Letter une première analyse de ce phénomène, un travail partagé avec des chercheurs du Space Telescope Science Institute de Baltimore.

L'impact d'un astéroïde sur Jupiter en juillet 2009 photographié par le télescope Gemini North installé à Hawaï. Crédit Gemini Observatory

Le coupable serait un astéroïde

L'analyse détaillée des observations réalisées avec le télescope spatial Hubble permet de comparer l'impact de 1994 et celui de 2009. La couleur des débris présents dans les marques sombres laissées par les impacts sont identiques dans les deux cas, ce qui confirme qu'il s'agit bien de la matière profonde de Jupiter remontée en surface et modifiée par la chaleur des impacts. L'observation de la morphologie des impacts et de leur durée de vie sur Jupiter suggère que les corps qui en sont à l'origine seraient plutôt des astéroïdes que des comètes.

Dans le cas de l'impact de 2009, les chercheurs pensent qu'un « gros caillou » d'environ 500 mètres de diamètre pourrait faire l'affaire. L'impact mesurait environ 5.000 kilomètres, un panache de matériaux qui s'élevait dans l'atmosphère de Jupiter avec une pluie de particules qui retombaient tout autour. Ce nuage a été peu à peu dispersé par les vents assez lents qui circulent dans les hautes latitudes de la planète gazeuse, un phénomène qui n'est pas sans rappeler ce qu'on observe actuellement avec le panache de cendres du volcan islandais Eyjafjöll.

Deux impacts de cette ampleur en 15 ans, voilà qui fait beaucoup. On estimait dans le passé qu'un tel événement devait se produire tous les 50 à 250 ans. Désormais les chercheurs doivent envisager ce scénario selon une fréquence plus élevée, sans doute tous les 10 à 15 ans. Reste à espérer que la massive Jupiter continuera à capturer tous les gros astéroïdes qui s'aventureront dans le Système solaire. On n'ose imaginer les résultats dévastateurs qu'aurait une telle rencontre avec la Terre...

Cela vous intéressera aussi