Sciences

La galaxie UGC 10214

ActualitéClassé sous :Astronomie

-

Surnommée le Têtard, cette galaxie se différencie de celles que nous avons l'habitue de voir au regard de son apparence inhabituelle et de sa queue longiligne. La forme de cette galaxie s'explique par l'intrusion d'une petite galaxie, bleue, que l'on aperçoit dans le coin gauche supérieur de la scène et qui s'échappe rapidement du lieu du drame. De puissantes forces gravitationnelles sont à l'origine de la formation de la queue, constituée d'étoiles de poussières et de gaz et qui s'étire sur près de 28000 années-lumière. UGC 10214 évolue à près de 420 millions d'années du Soleil, dans la constellation du Dragon.

UGC 10214 évolue à près de 420 millions d'années du Soleil, dans la constellation du Dragon. Crédits NASA et the ACS Science Team

La queue d'UGC 10214 renferme de jeunes étoiles bleues et des amas stellaires abritant près d'un million d'astres. Ces objets sont aisément repérables. Ils sont le résultat de la collision des deux galaxies et des perturbations qui s'en sont suivies. La couleur bleue des amas s'explique par la présence d'étoiles jeunes, très massives, 10 fois plus chaudes et 1 million de fois plus brillantes que le Soleil. Une fois le processus de formation accompli, ces amas d'étoiles apparaîtront rouges au fur et à mesure que les étoiles qu'ils renferment épuiseront leur réserve de 'carburant'. On parlera alors d'amas globulaires, semblables à ceux détectés essentiellement dans les halos des galaxies et notamment dans celui de la Voie Lactée.

Les régions les plus claires de la queue de la galaxie, des gaps dans le jargon astronomique, présentes entre de jeunes étoiles bleues regroupées en bloc, sont certainement le signe annonciateur de la formation de galaxies naines qui graviteront dans le halo de UGC 10214.

L'arrière-plan de la scène offre un spectacle tout aussi éblouissant. Près de 6000 galaxies y sont dénombrées et semblent s'extraire de l'obscurité de l'horizon de l'Univers. Certaines de ces galaxies sont des objets si faibles qu'elles n'avaient jusqu'alors jamais été observées. Elles offrent une myriade de formes et couleurs, représentant plusieurs milliards d'années de l'évolution galactique. L'image est si fine, que l'on peut détecter des galaxies éloignées entrant en collision.

Cette image a été réalisée le 1er et le 9 avril 2002. il s'agit d'une mosaïque constituée de quatre photos prises chacune avec un filtre différent (bleu, proche infrarouge, orange et l'oxygène doublement ionisé).

Par Rémy Decourt

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi