La galaxie spirale M 106 revisitée par l'astrophotographe Jay Gabany. Un des clichés qui composent l'image finale a été réalisé avec un filtre révélant les jets d'hydrogène ionisé issus du trou noir central. Crédit Jay Gabany

Sciences

Un feu d'artifice au coeur de M 106, une galaxie active

ActualitéClassé sous :Astronomie , galaxie spirale , Constellation des Chiens de Chasse

Un astrophotographe amateur américain vient de présenter une image inédite de M 106. Elle révèle de fantastiques jets d'hydrogène ionisé qui s'échappent du trou noir géant caché au cœur de la galaxie.

La modeste constellation des Chiens de Chasse est blottie entre la Grande Ourse et la Chevelure de Bérénice. Elle pourrait presque passer inaperçue tant ses étoiles sont peu brillantes et sa superficie ridicule. Elle n'en abrite pas moins cinq objets célestes du célèbre catalogue Messier : un amas globulaire, M 3, et quatre galaxies, M 51, M 63, M 94 et M 106.

A 25 millions d'années-lumière, la galaxie spirale M 106 (elle porte également le numéro 4258 dans le catalogue NGC) a une magnitude visuelle de 8,4. Elle fait partie des 29 découvertes réalisées entre 1779 et 1782 par l'astronome Pierre Méchain mais ne fut intégrée au catalogue de Charles Messier qu'en 1947. C'est à cette époque que l'astronome américain Carl Seyfert s'intéressa à elle. Seyfert étudiait les spectres des galaxies dont le noyau était anormalement brillant, des spectres qui présentaient des raies d'émission très élargies. Il réalisa une première liste de ces objets qui portent désormais le nom de galaxies de Seyfert, liste dans laquelle figurait M 106. Ce sont des galaxies actives, qui émettent dans tout le spectre électromagnétique : on peut étudier leur rayonnement des ondes radio jusqu'aux rayons X.

Depuis les travaux de Seyfert dans les années 1940, on soupçonne ces galaxies de cacher en leur sein un immense trou noir de plusieurs millions de masses solaires. En tombant vers lui, la matière est chauffée à très haute température, émettant une grande quantité de rayons X. La propagation de ce rayonnement énergétique ionise les nuages d'hydrogène autour du cœur de la galaxie et les fait briller.

Les Chiens de Chasse, une modeste constellation qui abrite pourtant cinq objets du catalogue Messier dont la galaxie active M 106. Crédit licence Commons

Des fontaines énergétiques révèlent un trou noir

Quand Jay Gabany décide d'imager M 106, il n'a pas l'intention de faire un énième cliché destiné à ne montrer que l'aspect esthétique de cette galaxie spirale. Celui qui a eu le coup de foudre à 14 ans pour le passage de la comète Bennett (c'était en 1969) s'est construit un véritable petit observatoire dans les montagnes du Nouveau Mexique, à rendre jaloux bon nombre d'astronomes professionnels. A travers chacune de ses images, dont la beauté est indéniable, il cherche surtout à révéler telle ou telle particularité scientifique : jets de matière, anneaux de gaz... Les images publiées sur son site sont toujours accompagnées d'un descriptif très complet des données scientifiques connues à ce jour sur le sujet photographié.

Pour mettre en valeur l'activité énergétique du trou noir massif caché au cœur de M 106, l'astrophotographe a réalisé l'addition de plusieurs prises, chacune durant quelques heures. Une technique devenue classique aujourd'hui en photographie astronomique, mais ici, la prise la plus longue, 15 heures, a été obtenue dans la longueur d'onde correspondant à l'hydrogène ionisé par le rayonnement énergétique du trou noir. Le résultat final montre la galaxie sous l'aspect visuel qu'on lui connaît habituellement avec en surimpression les filaments d'hydrogène ionisé sortant du trou noir central à la manière d'un jet d'eau sur un tourniquet.

Cela vous intéressera aussi