La comète NEAT, découverte le 6 Novembre 2002 dans le cadre du programme de surveillance NEAT (Near Earth Asteroid Tracking), est entrée récemment dans le champ du coronographe LASCO C3 de la sonde SOHO.
Cela vous intéressera aussi
Image du site Futura Sciences
Le périhéliepérihélie de l'astreastre se situe à 15 millions de kilomètres du SoleilSoleil, qui en chauffant la comètre entraîne sa désagrégation partielle. Les particules de gazgaz ainsi libérées forment la chevelure que vous voyez se déployer magnifiquement, évoquant irrésistiblement la course folle de la comètecomète à travers l'espace.

Un coronographecoronographe est un instrument optique qui en occultant la zone centrale du soleil très lumineuse - la photosphèrephotosphère - permet l'observation des protubérances et de la couronne. Cet outil est à l'origine de nombreuses découvertes au sujet des mécanismes qui gouvernent l'activité du soleil. LASCO permet de prendre des images avec des temps d'exposition très courts afin d'améliorer la visibilité des possibles fragmentations de la comète. L'instrument SWAN scanne le ciel en utilisant deux périscopes et observe la manière dont l'élément hydrogènehydrogène diffuse.

Les protubérances

Il est aussi possible d'observer de gigantesques jets de matièrematière qui proviennent de la couronne : les protubérances. Découvertes lors des éclipses totaleséclipses totales comme des extensions de la chromosphèrechromosphère, elles présentent une grande variété de formes et de duréedurée de vie.

Les protubérances "éruptives" correspondent à des reconfigurations brutales du champ magnétiquechamp magnétique, et se développent de façon spectaculaire en quelques dizaines de minutes. Elles peuvent être associées à des éjections de matière à plusieurs centaines de km/s, jusque dans la très haute couronne et au-delà...

Depuis l'invention du coronographe (Bernard LYOTBernard LYOT, 1931), on peut observer les protubérances en-dehors des éclipses totales, et suivre leur évolution. L'observation dans la raie Hα permet également d'observer les protubérances "en absorption", comme des filaments sombres devant le disque solaire.

Crédits : NASA / SOHO

Crédits : NASA / SOHO