Sciences

L'astéroïde Apophis est de retour

ActualitéClassé sous :Astronomie , astéroïde , apophis

Apophis, le plus célèbre des astéroïdes, passe le 9 janvier à 15 millions de km de la Terre. C'est la dernière fois que l'on peut l'observer aussi bien avant qu'il ne frôle la Terre en 2029.

Apophis, photographié le 8 janvier 2013 par un télescope automatique qui suivait l'astéroïde (point fixe, au centre) pendant la pose photographique de six minutes (les étoiles sont présentes sous forme de traits). © G. Masi, F. Nocentini, Virtual Telescope Project

L'astéroïde géocroiseur 99942 Apophis mesure environ 300 m de diamètre pour 27 millions de tonnes, et a été découvert le 19 juin 2004 par Roy Tucker, du Goodricke-Pigott Observatory (Tucson, Arizona) en utilisant un nouveau dispositif de surveillance du ciel.

Il est devenu célèbre quelques mois plus tard, quand des scientifiques du Jet Propulsion Laboratory (JPL) et de l'université de Pise, spécialisés dans la prévision des impacts d’astéroïdes, ont constaté en même temps que ce caillou céleste risquait d'entrer en collision avec la Terre le vendredi 13 avril 2029, provoquant une explosion équivalant à 58.000 fois la bombe qui a rayé de la carte la ville d'Hiroshima en 1945. De quoi détruire un pays de la taille de la France s'il venait à frapper la terre ferme, mais sa chute dans l'océan ne serait guère plus réjouissante : le tsunami alors déclenché produirait des vagues hautes de 150 m se déplaçant à 100 km/h.

De nouveaux calculs ont heureusement contredit cette effrayante perspective : il n'est plus question que l'astéroïde Apophis nous percute lors de ses prochains passages rapprochés en 2029, 2036 et 2068.

Trajectoire d'Apophis le 13 avril 2029. Le tiret blanc à proximité de la Terre indique la marge d'erreur possible actuellement estimée. © Nasa

Dernier passage favorable avant 2029 pour Apophis

Pour autant, la surveillance de cet astéroïde reste une priorité, son orbite pouvant être modifiée par des effets gravitationnels. Une hypothèse qui n'est pas à négliger quand on se souvient de la mésaventure qu'a connue la comète Shoemaker-Levy 9 : en 1992, elle avait subi une forte attraction gravitationnelle lors de son passage près de Jupiter, planète sur laquelle elle s'était écrasée deux ans plus tard en juillet 1994.

Demain, Apophis passera à 15 millions de km de la Terre (il sera seulement à 30.000 km de nous en avril 2029), une excellente occasion pour les scientifiques d'étudier sa trajectoire pour affiner leurs prévisions, puisque les prochains rapprochements d'Apophis avant 2029 seront beaucoup moins favorables. Plusieurs télescopes sont donc braqués sur ce caillou actuellement de magnitude 16, comme les deux instruments automatisés du Virtual Telescope Project basé en Italie. En France, c'est François Colas, astronome à l'IMCCE (Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides), qui a utilisé le télescope d'un mètre de diamètre du pic du Midi pour réaliser une vidéo du déplacement d'Apophis devant les étoiles. Cet instrument, installé en 1960 par la Nasa pour cartographier la Lune en vue de préparer les missions Apollo, avait fourni en 2009 des images impressionnantes d'un impact sur Jupiter.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi