Sciences

Les anneaux d'Uranus sont orphelins

ActualitéClassé sous :Astronomie , anneau , Uranus

Le professeur James Elliot qui avait participé à la découverte des anneaux d'Uranus en 1977 est décédé. Retour sur une belle découverte et son auteur.

Les anneaux d'Uranus (ici photographiés en 1996 par le télescope Hubble) ont été découverts par J. Elliot et ses collègues en 1977. © E. Karkoschka-Nasa/DR

James Ludlow Elliot est né en 1943. Il a intégré le MIT (Massachusetts Institute of Technology) en 1965 et ne l'a plus quitté depuis. Le 10 mars 1977, J. Elliot et ses collègues E. W. Dunham et D. J. Mink s'embarquent à bord d'un avion transformé en observatoire, le Kuiper Airborne Observatory. Leur mission consiste à observer l'occultation d'une étoile par la planète Uranus. Les astronomes enregistrent cinq brèves atténuations de la luminosité de l'étoile 40 minutes avant et après l'occultation. La surprise est telle que les trois scientifiques pensent dans un premier temps à une défaillance de leur matériel. Mais un examen approfondi des données recueillies ne laisse planer aucun doute : au moins cinq anneaux entourent la septième planète du Système solaire, des anneaux étroits et sombres (à la différence de ceux de Saturne), très pauvres en poussière et composés de rochers de 0,2 à 20 mètres de diamètre.

D'autres anneaux seront découverts ensuite par la sonde Voyager 2 en 1986 puis par le télescope spatial Hubble. En 2007 les anneaux d'Uranus étaient orientés dans la direction de la Terre, une configuration particulière qui ne se reproduit que tous les 42 ans et qui les rend pratiquement invisibles en raison de leur extrême finesse.

L'homme qui aimait les planètes lointaines

Après la belle découverte des anneaux d'Uranus, J. Elliot a continué à étudier les astres les plus éloignés du Système solaire. Il a développé la technique des occultations d'étoiles pour sonder l'atmosphère de Triton, la plus grande lune de Neptune, où l'on a observé des changements saisonniers. Le très léger réchauffement du satellite (lorsque Neptune se rapproche du Soleil en parcourant son orbite) provoque la sublimation de méthane et de monoxyde de carbone qui viennent épaissir la fine atmosphère d'azote de Triton.

Elliot a aussi étudié Pluton et différents objets de la ceinture de Kuiper et s'est également intéressé à la recherche de planètes extrasolaires. Dernièrement il avait travaillé avec ses collègues de l'observatoire Lowell à la réalisation d'un photomètre à haute vitesse d'imagerie pour étudier les occultations d'étoiles à bord de Sofia, le nouvel observatoire stratosphérique infrarouge de la Nasa.

J. Elliot avait terminé sa carrière comme professeur au MIT après avoir formé plusieurs générations d'étudiants dont certains sont devenus des chercheurs renommés en planétologie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi