Sciences

Un système de transport spatial européen réutilisable

ActualitéClassé sous :Astronautique

-

Engagée dans l'aventure Ariane, il est certain que l'ESA ne restera pas à l'écart des lanceurs spatiaux réutilisables. Toutefois, les décisions qui lanceront les premières étapes d'un tel programme non pas été prises. Quelques jours après l'annonce de la NASA de la sélection de 15 concepts de lanceurs réutilisables, des firmes européennes ont précisé leurs visions dans ce domaine à travers des programmes exploratoires qu'elles financent sur fonds propres. Preuve que l'Europe s'inquiète de sa position compétitive à moyen et long terme au regard des nations comme la Chine, la Russie et les Etats-Unis qui souhaitent avancer vite dans cette voie.

Phoenix crédit : astrium

Astrium propose les concepts Hopper, Phoenix et Astra

Le concept Hopper se défini comme un système autonome de transport spatial non habité utilisant de nombreux éléments réutilisables et d'apparence très semblable à l'actuelle navette spatiale mais plus compact. Toutefois, il se différencie par un décollage à l'horizontale et se destine au transport des charges utiles sur orbite à des coûts 75% plus bas que ceux en vigueur aujourd'hui. Il sera capable de déployer sur orbite des charges de 7,5 tonnes. Lancé depuis Kourou, il déploiera dès 130 km d'altitude un 'étage' qui placera sur orbite son passager. Il atterrira en Europe, sur une des îles de l'Atlantique. Si l'Agence spatiale européenne donne son feu vert, ce programme peut être opérationnel dès 2015.

Phoenix est un démonstrateur de technologies novatrices conçu pour valider les choix et orientations retenues d'Hopper. D'une envergure de 3,8 m pour un poids de 1200 kg il mesure un peu moins de 7 mètres et devrait voler en 2003. Actuellement en construction, il ne sera pas équipé de système de propulsion. Un hélicoptère le libèrera d'une altitude de 3500 m pour ses vols de démonstration mais atterrira de façon autonome, tout comme le fera Hopper.

Au-delà d'Hopper, l'Allemagne se veut le moteur de l'Europe à travers son programme Astra aux objectifs classiques de rendre l'accès à l'espace toujours plus fiable. Cependant, Astra devra envisager les infrastructures au sol qui seront nécessaires à l'activité du transport spatial des prochaines décennies et orienter le choix des décideurs dans des réalisations économiquement viables.

Par Rémy Decourt

Cela vous intéressera aussi