Sciences

Retour en vol d’Ariane 5 le 22 avril

ActualitéClassé sous :Astronautique , Arianespace , Ariane 5

Arianespace a décidé de reprendre la préparation du vol Ariane 201 dont le lancement initialement prévu le 30 mars avait été interrompu quelques secondes avant le décollage du lanceur alors que le moteur principal fonctionnait à plein régime. La nouvelle tentative est prévue vendredi 22 avril.

L'idée d’allumer le moteur quelques secondes avant le décollage du lanceur est un des héritages du temps où Ariane 5 était destinée à faire du vol habité en lançant l'avion spatial Hermes. © Esa/S. Corvaja

Le 30 mars, le lancement de l’Ariane 5 ECA, qui devait mettre sur orbite les deux satellites de télécommunications Yahsat Y1A et Intelsat New Dawn, a été annulé quelques secondes avant le décollage, alors que le moteur Vulcain était allumé, et à quelques secondes de l'allumage des EAP qui aurait permis au lanceur de décoller. Une situation qui ne s'était jamais produite auparavant.

La décision de reprendre la préparation du lancement s'explique par l'identification de la panne qui a conduit l'ordinateur de bord à stopper le compte à rebours. Après enquête, il s'avère qu'un dysfonctionnement d'un ou plusieurs composants de la tuyère était susceptible d'entraver sa liberté de mouvement. Arianespace a fait procéder à leur remplacement et les tests réalisés ensuite se sont révélés bons.

Un héritage du vol habité

Cette séquence synchronisée commence 7 minutes avant le lancement. Pendant cette période de trois phases, toutes les opérations sont pilotées par le Contrôle commande opérationnel (CCO) de l'Ensemble de lancement 3 (le pas de tir d'Ariane 5) de façon entièrement automatique. Jusqu'à H0 -3,2 secondes, le lanceur est mis progressivement en configuration de vol par le calculateur CCO.

Tout arrêt de séquence synchronisée ramène automatiquement le lanceur dans la configuration à H0 -7 minutes. Le 30 mars, le compte à rebours s'est déroulé sans accroc jusqu'à l'allumage du moteur Vulcain (H0). Le problème est survenu pendant les 6,9 secondes suivantes quand l'ordinateur de bord doit vérifier son bon fonctionnement. Si aucune anomalie n'est détectée, les EAP sont allumés à H0 +7,05 secondes et permettent au lanceur de décoller. Évaluant un manque de liberté de mouvement du moteur Vulcain, l'ordinateur de bord a alors coupé ce moteur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi