La Russie a enfin donné l'autorisation de réaliser la photo historique de l'ISS avec ses vaisseaux spatiaux à leurs postes. La capsule Soyouz, qui doit redescendre sur Terre ces prochaines heures, pourra donc survoler l'ISS après s'en être décrochée. La manœuvre doit avoir lieu cette nuit. La photo historique ne sera pas parfaite : il manquera l'HTV japonais.
Cela vous intéressera aussi

La Russie a donné son feufeu vert à un survolsurvol de la Station spatiale internationale par une capsule SoyouzSoyouz. Une décision qui intervient après plusieurs semaines de négociations entre Roscosmos et la NasaNasa qui souhaitait obtenir une photo montrant la navette amarrée au complexe orbitalcomplexe orbital.

Concrètement, cette photo sera réalisée par l'équipage du Soyouz TMA-20 qui doit se décrocher de l'ISS ce lundi à 23 h 23, heure française. À bord, trois astronautesastronautes dont l'Italien Paolo Nespoli (de l'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne), qui rentre après cinq mois passés à bord de l'ISS dans le cadre de la mission MagISStra de l’Esa. Nespoli sera chargé de photographier l'ISS sous tous les angles possibles pendant la manœuvre de l'engin au-dessus du complexe orbital, manœuvre qui doit durer 15 minutes. Le Soyouz restera à une distance de sécurité d'au moins 200 mètres. Il entamera ensuite sa descente pour se poser sur TerreTerre.

La photo aura bien lieu... mais sans l'HTV japonais

Initialement, la Nasa aurait souhaité faire cette photo historique en mars 2011, quand l'ISS se trouvait dans une configuration exceptionnelle avec tous ses vaisseaux de transport amarrés en même temps ! Des Soyouz et Progress russes à l'HTV japonais, sans oublier l'ATVATV européen et la navette américaine, tous les moyens d'accès à l'ISS étaient réunis pour la première... et dernière fois. La Russie avait alors refusé de faire cette photo, objectant que la capsule Soyouz amarrée était une nouvelle version encore en phase d'essai et qu'il s'agissait d'une manœuvre avec un redocking prévu après la photo.

Le HTV japonais ne sera pas là : le cargo automatique, au terme de sa mission, s'est désintégré dans l'atmosphèreatmosphère terrestre, à la suite de sa mission de deux mois amarré à l'ISS (de janvier à mars 2011).