Sciences

Opération Bedrest - Deuxième phase de l'étude d'alitement

ActualitéClassé sous :Astronautique

-

Opération Bedrest - Deuxième phase de l'étude d'alitement du 22 mars au 27 juillet 2002. Trois mois d'alitement pour simuler les effets des séjours de longue durée à bord de la Station spatiale internationale.

Trois mois au lit corp incliné de 6° tête en bas ! Crédit : ESA

Les séjours de longue durée en impesanteur entraînent des effets importants sur l'organisme des astronautes, notamment des modifications du squelette et des muscles. Pour faire face aux besoins des missions prolongées à bord de la Station spatiale internationale, ensembles, les agences spatiales européenne (ESA), française (CNES) et japonaise (NASDA) s'emploient à évaluer au sol des méthodes préventives de ces effets deleteres, dites " contre-mesures ". Elles sont testées sur le sujet sain au cours d'un modèle expérimental reproduisant les effets de l'impesanteur par un alitement prolongé de trois mois, corps incliné à 6 degrés tête basse. Une expérimentation de ce type a lieu actuellement au MEDES, la clinique spatiale de Toulouse, France.
La première campagne s'est déroulée d'août à décembre 2001 avec la participation de 14 volontaires, qui sont tous restés jusqu'à la fin de l'expérience. Les contrôles médicaux auxquels ils ont été soumis en janvier et en mars sont satisfaisants.

La seconde campagne a débuté le 22 mars et s'achèvera le 27 juillet 2002. Seuls 11 volontaires ont été jugés aptes pour participer à cette deuxième campagne. D'une durée de 120 jours, elle comprend, comme pour la première campagne, une phase préparatoire de 15 jours, puis une phase de 90 jours pendant laquelle les volontaires sont alités, et une phase de récupération de 15 jours.

Il s'agit de l'étude européenne d'alitement en décubitus anti-orthostatique la plus complexe et la plus longue jamais réalisée en Europe. Au cours de cette expérience des études sont aussi menées sur le système cardio-vasculaire, la régulation neuro-endocrinienne, sur le comportement psychologique et sur les modifications du cycle veille-sommeil. Du point de vue médical, cette étude doit permettre d'améliorer nos connaissances sur des phénomènes de déminéralisation osseuse et d'atrophie musculaire et leur prévention d'un alitement prolongé dans les suites d'un accident ou d'une longue maladie. Elle permet aussi de tester de nouvelles techniques, telles la mesure de l'activité et des mouvements par des matelas actimétriques, très prometteuses pour la prévention d'escarres ou le monitoring des troubles du sommeil.

Comme pendant la première campagne, les volontaires vont subir: tests à l'effort, ostéodensitométrie (mesure de la densité osseuse), imagerie par résonance magnétique (IRM), biopsies musculaires. Des analyses histologiques, biochimiques, et biologiques approfondies évalueront à l'échelle cellulaire et moléculaire la réponse de l'organisme à ces nouvelles conditions de vie.

Les volontaires seront également soumis à des contrôles médicaux spécifiques 45 jours, 3 mois, 6 mois et 12 mois après la fin de l'alitement et suivis pendant trois ans.

Pendant leurs loisirs, les sujets peuvent lire, regarder la télévision, ou utiliser un ordinateur. Alités en continu, il leur est interdit de s'asseoir, même à l'occasion des repas. Ils n'ont pas, au cours des trois mois, de contact direct avec l'extérieur. Ils peuvent régulièrement appeler famille et proches.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi