Avec le décollage parfait ce jeudi 16 janvier à 16h35 heure de Paris (15h35 TU) de la navette Columbia, la Nasa renoue avec les vols scientifiques. Depuis la mission STS-99 (Endeavour) du 11 février 2000 qui avait pour objet la cartographie radar de la surface terrestre au moyen de l'instrument SRTM (Shuttle Radar Topography Mission), la flotte de navettes avait en effet été exclusivement réservée aux vols vers la Station Spatiale Internationale.
Cela vous intéressera aussi

Columbia emporte cette fois dans sa soute un nouveau module ultra-sophistiqué, le Spacehab RDM (Research Double Module), ainsi que quatre tonnes d'équipement de recherche scientifique.

Plus de 80 expériences différentes sont au programme de cette mission, qui seront accomplies en continu par un équipage réparti en deux équipes. Elles concernent l'étude des effets de la microgravitémicrogravité sur des organismes vivants, sur la physiologie humaine, la recherche biomédicale, la chimiechimie minérale, la croissance de cristaus de protéinesprotéines et les sciences de la TerreTerre.

Parmi les sept membres d'équipage de ce vol, on relève le premier astronauteastronaute israélien, le colonel de l'armée de l'airair Ilan Ramon, âgé de 48 ans. Par crainte d'attentats, un service de sécurité sans précédent a entouré le départ de ColumbiaColumbia, comprenant un dispositif militaire de surveillance aérien, terrestre et maritime. Tous les petits aérodromes de la région avaient également été fermés.

Columbia se trouve maintenant sur son orbiteorbite définitive à 277 km du sol, son retour est prévu pour le 1er février 2003.