Pour la première fois, les trois moteurs de la tour de sauvetage d'Orion ont été testés ensemble. Avec succès ! Crédit Nasa

Sciences

La Nasa teste la tour de sauvetage de la capsule Orion

ActualitéClassé sous :Astronautique , Orion , LAS

Même après l'abandon du programme Constellation, la Nasa poursuit les tests de la tour de sauvetage du véhicule spatial Orion (LAS, Launch Abort System). L'engin a volé 97 secondes et les trois moteurs du LAS ont fonctionné ensemble pour la première fois. Le test a été réalisé sur le site de White Sands, au Nouveau-Mexique.

Première réalisation de ce type depuis le programme Apollo des années 1960, cette tour d’extraction est développée par Orbital Sciences. Ce système utilise des technologies nouvelles et d'autres déjà éprouvées comme celles en service sur les petits lanceurs d'Orbital. Alliant Techsystems (ATK) fournit deux des trois moteurs de la tour (le moteur de contrôle d'attitude et le moteur principal). Quant au moteur Jettison (le troisième), il est développé par Aerojet et Lockheed Martin en coopération avec la Nasa.

Le Launch Abort Motor est le moteur principal. Son rôle est d'éloigner rapidement la cabine d'Orion de son lanceur et de la projeter à au moins 1.200 m d'altitude pour que ses parachutes aient le temps d'être déployés. Ce moteur n'est pas un moteur-fusée à propulsion solide classique. Il s'agit d'un moteur à flux inversé, à quatre tuyères montées à l'extrémité avant et générant une poussée de plus de 220 tonnes. Le deuxième moteur est celui du contrôle d'altitude. L'ACM (Attitude Control Motor) utilise des technologies éprouvées, issues des programmes d'ATK. Pourvu de 8 valves d'expulsion, il sera utilisé pour le contrôle de la trajectoire et l'assiette de la capsule. Il doit fournir la poussée nécessaire (3 tonnes) pour orienter la capsule Orion sur une trajectoire sécurisée de dégagement du lanceur. Enfin, le moteur Jettison s'allumera pour séparer la tour de la capsule afin que les parachutes puissent se déployer quelques secondes avant l'atterrissage.


Essai réussi de la tour d’extraction montrant sa capacité à dégager une capsule d’un lanceur si nécessaire.

Comme le montre la vidéo, l'extraction est très rapide. Le module d'essai a atteint 725 km/h en seulement 2,5 secondes. Il s'est posé sur le sol 25 km/h, 10 de moins que prévu. Reste que pour les mannequins simulant les astronautes, le vol a été très éprouvant. Après avoir subi près de 16 G au moment du départ, ils ont été fortement secoués jusqu'à ce que le moteur réussisse à rétablir l'assiette de la capsule, avant l'ouverture des parachutes.

L'avenir de ce programme est en suspens depuis que le président américain a décidé d'abandonner le projet de la Lune et le système de transport pour s'y rendre. Il a néanmoins autorisé la Nasa à développer une version simplifiée du véhicule spatial Orion, qui servira de capsule de sauvetage de la Station spatiale internationale. Le but est de capitaliser le travail déjà fourni et de ne pas dépendre des capacités russes pour faire revenir des astronautes américains si nécessaire. Mais pour ces missions de retour de l'espace, ces capsules n'ont pas besion de tour de sauvetage... Ce LAS pourrait être utilisé sur les hypothétiques véhicules spatiaux privés développés dans le cadre du partenariat public-privé CCDev (l'équivalent de Cots qui, lui, concerne le fret). A suivre donc...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi