Sciences

La NASA annonce la reprise des vols de navettes alors qu'un nouveau défaut a été découvert

ActualitéClassé sous :Astronautique , columbia , Shuttle

La NASA voudrait lancer sa prochaine navette fin décembre 2003, ce qui permettrait d'effectuer les 6 missions nécessaires pour atteindre le "US Core Complete" en février 2005 (US Core Complete signifie que tous les modules américains sont dans l'espace et opérationnels).

Vue vers l'extérieur durant l'ultime rentrée de Columbia le 1er février dernier, filmée par l'équipage. Quelques secondes plus tard, la navette se désintégrait. Crédit Nasa.

Plus de lancement de nuit

La NASA va publier des nouvelles règles de sécurité relatives à l'accident de Columbia. Entre autres, les lancements de nuit seront interdits pour permettre de prendre des photographies de la navette et de la séparation du réservoir central. Ce même réservoir central sera optimisé pour éviter que des débris s'en détachent. La NASA voudrait aussi entraîner ses astronautes à l'examen des bords d'attaque des ailes lors de sorties extravéhiculaires. Un kit de réparation des panneaux en carbone sera mis à disposition des astronautes et des poignées seront rajoutées à l'extérieur de la navette pour faciliter les sorties.

La Station Spatiale Internationale pourrait être un refuge de secours en cas de problème. Une deuxième navette, prête au départ, viendrait alors chercher l'équipage. Les derniers tests de tir de mousse isolante effectués par la commission Gheman sur des panneaux en carbone de Discovery ont créé une brèche de 12 centimètres sur un panneau et disloqué des joints. Cependant, Sean O'Keefe faisait remarquer que ce type de fissure aurait été extrêmement difficile à déceler en vol.

Un nouveau défaut potentiellement dangereux

La Commission d'enquête en charge d'expliquer les causes de la désintégration de la navette Columbia (la CAIB) et de la perte de son équipage a découvert un défaut sur le système de fixation entre le réservoir externe de la navette et ses boosters d'appoint. Or, ce vice, qui fait peser un risque sur la reprise de l'exploitation des navettes, n'est pas lié à la désintégration de Columbia.

C'est en poussant plus en avant l'analyse de la chaîne d'événements à l'origine de la catastrophe que les enquêteurs ont découvert ce défaut qui peut sous certaines conditions provoquer un accident fatal à la navette et à ses passagers. Le système en cause est constitué d'un réceptacle monté sur le réservoir central, qui sert à recueillir les morceaux des boulons fixant les boosters d'appoint sur ce réservoir, juste après la mini-explosion permettant le détachement de ces boosters, environ deux minutes après le décollage. Les boulons sont cassés en deux par l'explosion et chaque morceau pèse environ 20 kg lorsqu'il tombe dans le réceptacle, qui n'apparaît pas aussi solide aux yeux de la CAIB.

Cela vous intéressera aussi