Acteur majeur de l'accès à l'espace dans le monde pour les satellites, Astrium se lance dans le développement d'un petit lanceur capable de vols habités à destination de la Station spatiale internationale. © Alliant Techsystems Inc.

Sciences

Liberty : une moité d'Ariane 5 et un morceau de navette pour lancer Orion

ActualitéClassé sous :Astronautique , Astrium , lanceur

Astrium et ATK vont développer ensemble un lanceur à faible coût pour envoyer des Hommes dans l'espace. Dénommé Liberty, il utilisera à la fois des étages en service sur la navette et Ariane 5, deux systèmes de transport spatial qui ont fait leurs preuves. Les vols d'essai commenceront en 2013 en vue d'un service opérationnel vers la Station dès 2015.

  • Parcourez notre galerie photo sur les lanceurs 

Le lanceur Liberty est le fruit d'une collaboration entre Astrium et ATK, ayant pour but final des vols habités. Le premier étage de ce lanceur sera fourni par ATK. Il sera dérivé des boosters à poudre réutilisables de la navette spatiale américaine à quatre segments. Il s'en différencie par l'ajout d'un segment supplémentaire, soit cinq au total. Ce cinquième segment permettra d'augmenter la quantité de propergol embarqué et donc la performance du lanceur.

Le deuxième étage, fourni par Astrium, est lui aussi une récupération : c'est l'étage principal cryogénique (EPC) d'Ariane 5 avec son moteur Vulcain-2.

Initialement conçue pour lancer l’avion spatial Hermes, Ariane 5 garde de nombreuses solutions héritées du vol habité dont la plus visible est sans aucun doute l’obligation d’allumer le moteur cryogénique avant les moteurs des boosters. À l'image, un EPC et son moteur Vulcain-2 dans l'usine d'Astrium des Mureaux. © Rémy Decourt

Bien que l'architecture du lanceur ne soit pas complètement figée, ATK et Astrium projettent deux vols d'essai en 2013 et 2014 et une mise en service opérationnelle dès 2015. Quelques points plus délicats sont en suspens, comme l'interétage. On sait juste que l'EPC ne subira pas de modifications substantielles car c'est l'étage à cinq segments d'ATK qui s'adaptera à l'EPC.

Quant à la qualification pour le vol humain, elle ne sera pas trop difficile à obtenir. Le premier étage d'ATK a d'ores et déjà réalisé un vol d’essai en octobre 2009 (Ares 1-X) qui avait pour objectif de tester son comportement car sa finesse a toujours suscité certaines interrogations, aujourd'hui largement balayées. Pour l'EPC, si Ariane 5 démontre lancement après lancement sa fiabilité en vol, son utilisation pour transporter des humains n'est pas incongrue car cet étage est conçu à l'origine pour lancer l'avion spatial Hermes. De nombreux systèmes et sous-systèmes sont nativement qualifiés pour le vol habité.

Orion retrouve sa fonction initiale

Quant aux Hommes, ils voyageront à bord... d'Orion, un programme bien difficile à suivre. Annoncé comme le successeur des navettes par Georges Bush en 2004, puis abandonné par Obama en 2010 qui revient sur sa décision la même année en le faisant évoluer vers un véhicule de secours, voila que l'idée de l'utiliser comme un avion spatial revient sur le devant de la scène. Une hypothèse très crédible d'autant plus que Lockheed-Martin fait le forcing pour lancer Orion en 2013.

Enfin, on signalera que ce lanceur n'a pas vocation à s'installer sur le marché du lancement de satellite. Il vise avant tout les contrats institutionnels du gouvernement américain. Avec une capacité de lancement de quelque 20 tonnes en orbite basse, Liberty peut facilement lancer vers la Station un équipage humain. Il entre donc en concurrence directe avec le système de transport de SpaceX, voire la mininavette d’Orbital Sciences.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi