La Nasa vient d’installer le premier des deux adaptateurs d’amarrage qui permettront aux véhicules habités commerciaux de SpaceX et de Boeing de se docker à la Station spatiale internationale (ISS). L’ouverture de ce service commercial, voulu par l’agence spatiale afin de ne plus dépendre des capacités russes d’accès à l’espace pour le transport de ses astronautes, est prévue pour fin 2017, début 2018.
Cela vous intéressera aussi

Vendredi 19 août 2016, deux astronautesastronautes de la NasaNasa à bord de la Station spatiale internationale, le commandant d'Expedition 48 Jeff Williams et l'ingénieur de vol Kate Rubins, sont sortis dans l'espace durant 05 h 58. Cette sortie porteporte à 194 le nombre d'activités extravéhiculaires (Eva) réalisées par des astronautes depuis le début de la construction du complexe orbitalcomplexe orbital en novembre 1998. Au total, les astronautes ont effectué 1.210 heures et 46 minutes de travail à l'extérieur de l'ISS. En ce qui concerne J. Williams, c'était sa quatrième sortie et la première pour K. Rubins.

Ces deux astronautes ont installé sur le module Harmony, le premier des deux adaptateurs nécessaires à l'amarrage des futurs véhicules habités commerciaux américains de SpaceXSpaceX et de Boeing, dont le premier devrait être lancé fin 2017. Cet adaptateur est arrivé à la Station spatiale le 20 juillet à bord d'une capsule Dragon. Il s'agit du deuxième modèle qui vient en remplacement de celui perdu lors de l'échec du lancement de Dragon CRS-7 en juin 2015.

Pour réaliser cette installation, les deux astronautes ont été aidés par les contrôleurs au sol qui se sont servis du bras Canadarm2 et Dextre, la main robotisée de l’ISS. Mercredi 17 août, l'Ida (International Docking Adapter) a été extrait de la partie non pressurisée de la capsule Dragon et positionné à seulement 60 centimètres du PMAPMA d'Harmony.

L’Ida (<em>International Docking Adapter</em>) qui permet d’adapter le port d’amarrage des navettes spatiales (la partie noire) en port d’accueil des futurs véhicules habités commerciaux de Boeing (le Starliner) et SpaceX (Crew Dragon). © Nasa

L’Ida (International Docking Adapter) qui permet d’adapter le port d’amarrage des navettes spatiales (la partie noire) en port d’accueil des futurs véhicules habités commerciaux de Boeing (le Starliner) et SpaceX (Crew Dragon). © Nasa

Pour un docking standardisé

Cet adaptateur Ida a été installé sur le port d'amarrage d'Harmony qu'utilisaient les navettes spatiales jusqu'en juillet 2011 pour s'y amarrer. Pour comprendre pourquoi la Nasa a installé un adaptateur plutôt que de demander à SpaceX et Boeing d'équiper leurs futurs véhicules d'un port compatible avec celui du module Harmony, il faut savoir que pour faciliter le trafic des véhicules habités et des cargos de ravitaillement à destination de la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale et tenir compte de l'accès commercial à l'espace de firmes privées, la Nasa et ses partenaires ont décidé d'un standard commun à toutes les agences spatiales partenaires du programme de l'ISS pour l'amarrage des véhicules spatiaux. Ce standard (International Docking System Standard ou IDSS) sera étendu aux activés d'exploration de l'espace et la Russie devrait également l'adopter, ce qui laisse penser qu'il devrait devenir une norme internationale.

L'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne s'est engagée depuis 2010 dans le développement d'un mécanisme qui répond à cette nouvelle norme. Il s'agit de l'IBDM (International Berthing and Docking Mechanism) réalisé par la société belge QinetiQ Space nv. Il équipera la version cargo et habitée du Dream Chaser de Sierra Nevada.

À la différence du berthing qu'utilisent aujourd'hui le Dragon de SpaceX, le Cygnus d’Orbital-ATK ou le HTV japonais pour s'amarrer à l'ISS et qui consiste à ce que ces cargos s'arrêtent à moins de dix mètres de l'ISS, afin d'être accrochés par le bras Canadarm 2 pour ensuite être amenés et dockés jusqu'au port d'amarrage, le docking des véhicules habités de SpaceX et de Boeing permettra un amarrage direct, sans l'intervention du bras Canadarm2.