Sciences

En images : Ulysse, la fin d’une légende

ActualitéClassé sous :Astronautique , Ulysses , Ulysse

S'il existait un Panthéon des satellites, Ulysse y figurerait en place d'honneur. Le bilan scientifique de cette sonde réalisée par la Nasa et l'Esa est tout simplement capital dans toutes les disciplines liées à l'astronomie. Ulysse prendra sa retraite en juillet.

Ulysse en configuration de vol, lors de son premier survol polaire (vue d'artiste). Crédit Esa

En 1977, la Nasa et l'Esa décident conjointement de construire deux sondes jumelles devant survoler simultanément les pôles du Soleil. Mais ce projet, dénommé Solar Polar Mission, est abandonné par l'Agence américaine en raison de restrictions budgétaires. Face à ce désistement, l'Esa décide de construire seule une des deux sondes, qui prendra le nom d'Ulysse (Ulysses en anglais).

Ulysse en cours de tests au sol. Crédit Nasa

Les Etats-Unis participent tout de même au projet en fournissant le générateur radio-isotopique (l'éloignement au Soleil interdit l'utilisation de panneaux solaires) et contribuent, par le biais d'institutions américaines, à la conception d'instruments scientifiques qui seront construits par l'Europe.

Construite par Astrium (Dornier Systems à l'époque), la sonde de 370 kg est livrée en 1983 pour un lancement programmé en 1986 par une navette spatiale. Mais l'explosion de Challenger et l'arrêt des vols la retiendront au sol quatre années de plus. Elle sera finalement lancée le 6 octobre 1990 par la navette Discovery.

Une mission unique

Sur le plan scientifique, la mission Ulysse est unique. Ce vaisseau fut non seulement le premier, mais le seul à survoler les pôles du Soleil et ainsi à observer et étudier l'héliosphère, cette vaste bulle qui entoure notre étoile, sous chaque angle.

Trajectoire d'Ulysse dans le Système solaire. Crédit Esa

Elle a permis de déterminer que les particules solaires s'infiltrent dans l'espace environnant d'une façon beaucoup plus complexe qu'on ne l'imaginait. Emises depuis les basses latitudes, elles peuvent transiter par les hautes latitudes du Système solaire et revenir vers les planètes sous des angles insoupçonnés. Ainsi, des régions de la voûte céleste autrefois considérées comme exemptes de radiations dangereuses pour les astronautes ou les satellites doivent être prises en considération et étroitement surveillées.

Ulysse a aussi étudié la poussière en provenance de l'espace profond et déterminé que sa densité était trente fois plus élevée que ce qu'on l'estimait auparavant. Par détection des atomes d'hélium, il a aussi confirmé que l'Univers ne contenait pas suffisamment de matière interstellaire pour stopper son expansion, rejoignant ainsi les résultats déduits des données de Hubble.

Une longévité exceptionnelle

Conçue pour une durée de vie de 5 ans, Ulysse a dépassé toutes les attentes des scientifiques. Après son lancement en 1990, elle prenait d'abord la direction de Jupiter dont elle utilisait la force d'attraction pour infléchir sa trajectoire et quitter le plan de l'écliptique. La sonde se trouvait alors sur une orbite polaire de 200 millions x 810 millions de kilomètres autour du Soleil.

Ulysse à son lancement, venant de quitter la soute de la navette. La sonde est fixée sur son étage propulseur qui l'amènera sur son orbite définitive autour du Soleil, après un long périple de quatre ans. Crédit Nasa

Elle en survolera pour la première fois le pôle sud de juin à novembre 1994 à 300 millions de km, puis le pôle nord de juin à septembre 1995. Une prolongation de la mission sera décidée en raison du pic d'activité du Soleil (pic de 11 ans), les pôles étant de nouveau survolés, entre autres en 2000 et 2001, soit la période d'activité maximale. Les derniers survols sont intervenus entre novembre 2006 et avril 2007 (pôle sud) et entre novembre 2007 et mars 2008 (pôle sud).

Malheureusement, les pannes se multiplient à bord du vaisseau vieillissant. Le système principal de transmission des données est tombé en panne en février 2003 puis le système secondaire en janvier 2008. Ulysse ne peut plus aujourd'hui que communiquer à flux réduit sous une faible puissance, contraignant les techniciens à mobiliser l'antenne de 70 mètres du Deep Space Network de la Nasa.

Le générateur radio-isotopique d'Ulysse. Crédit Nasa

La puissance disponible à bord ayant également chuté de 285 à 195 watts, celle-ci suffit tout juste à maintenir au chaud les réservoirs d'hydrazine qui alimentent les moteurs d'orientation. D'ici quelques semaines, ceux-ci gèleront et la sonde sera incapable de maintenir son antenne dirigée vers la Terre, entraînant la rupture définitive des communications.

La mission Ulysse sera ainsi définitivement interrompue le 1er juillet 2008, tandis que la sonde continuera à tourner autour du Soleil durant des millénaires. Mais l'exploitation des résultats obtenus au moyen de ce véritable vaisseau de légende occuperont encore les chercheurs durant de nombreuses années.

Cela vous intéressera aussi