Sciences

Espace : les engagements français pour les années à venir

ActualitéClassé sous :Astronautique , NGL , Arianespace

Swot observera la Terre, Myriade sera à l'origine d'une lignée de petits satellites d'étude de l'environnement et Satellites du futur initiera une famille de gros satellites géostationnaires. Ce sont trois des programmes français sélectionnés pour bénéficier d'un financement particulier, auxquels s'ajoutent les études du successeur de la fusée européenne Ariane 5.

Comme le souligne le Cnes, la garantie de l’accès à l’espace, dans des conditions de compétitivité et de fiabilité optimales, reste un enjeu d’avenir primordial pour la France et l’Europe. Avec, à la clé, de nouvelles technologies pour les lanceurs de nouvelle génération. © D. Ducros

Dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir, le gouvernement vient de débloquer une enveloppe budgétaire de 500 millions d'euros pour financer plusieurs projets liés à la préparation du lanceur européen de nouvelle génération (NGL), celui qui succédera à l'actuelle Ariane 5 et à l'amélioration des satellites. Une annonce qui confirme l'engament pris en décembre 2010 d'octroyer un financement pour le successeur d'Ariane 5 avec le grand emprunt.

Concrètement, plus de 82 millions d'euros seront alloués à des études et des démonstrateurs pour avancer dans la mise au point de ce futur lanceur, dans les domaines de la propulsion solide et liquide, de l'avionique et des systèmes.

Quant aux projets qui concernent l'amélioration des satellites à fort enjeu applicatif, trois ont été choisis. Le premier est la conception du satellite d’observation de la Terre Swot (Surface Waters Ocean Topography) qui aura pour mission de mesurer les hauteurs d'eau des océans, des grands fleuves, des lacs et des zones inondées. Il repose sur une rupture technologique majeure, l'interférométrie large fauchée, et ouvre des perspectives nouvelles pour l'océanographie et l'hydrologie continentale.

Mission franco-allemande de mesure du méthane atmosphérique, Merlin sera le premier satellite à utiliser la plateforme Myriade de nouvelle génération (à l'image, l'actuelle plateforme Myriade). © Cnes

Mieux pour moins cher

Le deuxième projet concerne la réalisation de la nouvelle génération de plateforme Myriade (Myriade évolutions), pour des microsatellites (200 kilos) et le satellite Merlin qui sera la première mission à l'utiliser. Cette nouvelle génération de plateforme permettra de réaliser à moindre coût des missions spatiales dans le domaine de l'environnement et des sciences de l'univers, grâce à un produit générique, compact et relativement peu couteux. Elle viendra en complément de la plateforme Proteus, que le Cnes utilise depuis 1997 pour ses satellites de 500 à 700 kilogrammes (Corot, Smos, les Jason, etc.).

Le troisième projet sélectionné concerne également une plateforme satellitaire mais pour des engins d'un tout autre gabarit. Satellite du futur, c'est son nom, vise à concevoir une plateforme pour des satellites géostationnaires de télécommunication de la gamme 3 à 6 tonnes, avec des applications dans les domaines de l'internet, mais aussi de la sécurité des personnes et des biens... L'objectif de ce programme est d'obtenir un gain de compétitivité de l'ordre de 30 % par rapport à la génération actuelle.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi