Sciences

Espace : le budget européen épargne le programme Copernicus

ActualitéClassé sous :Astronautique , satellite , GMES

-

L'Europe spatiale peut avoir le sourire. Bien que la proposition de budget du Conseil européen pour la période 2014-2020 réduise le financement des programmes phares que sont Galileo et Copernicus, leur avenir est assuré. Le premier satellite Copernicus sera bien lancé à la fin de l'année.

Le nouveau logo de Copernicus (ex-GMES). Le programme a été initié en 1998. © Union européenne

L'incertitude sur le financement de Copernicus, le programme de surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité de l'Europe, a été levée après l'accord budgétaire de l'Union européenne pour la période 2014-2020. D'un montant total de 960 milliards d'euros, ce budget est toutefois en baisse de 35 milliards d'euros par rapport à la période précédente.

GMES, rebaptisé Copernicus depuis décembre 2012, obtient 3,78 milliards d'euros alors que les besoins ont été évalués à 5,8 milliards d'euros. Ce montant est néanmoins « suffisant pour faire quelque chose de correct », nous explique un proche du dossier qui s'attendait à une baisse de cet ordre de grandeur.

Construit par Thales Alenia Space, Sentinelle 1A sera le premier satellite du programme Copernicus à être lancé, le 3 avril 2014. À l'image, Fayoum, près du Caire. L’image a été acquise par Envisat en février 2012. © Esa

Optimiser le programme Copernicus pour le nouveau budget

Concrètement, des choix seront à faire et les dépenses seront étalées dans le temps pour faire le lien avec le prochain budget, après 2020. Autrement dit, il faudra trouver de bonnes solutions pour optimiser le programme avec le budget alloué. Cela dit, si des reports de lancement sont envisagés, aucun des satellites prévus ne sera abandonné.

Sur ces 3,78 milliards d'euros, 2,4 financeront la composante spatiale du programme qui comprend le développement des satellites des familles Sentinelle. Le reste financera notamment la composante in situ, un réseau de capteurs au sol, en mer et dans les airs.

Création de 83.000 emplois d'ici 2030

« Cette décision prise par les chefs d'État a été un grand soulagement pour nous », a déclaré Josef Aschbacher, le directeur du segment spatial de Copernicus à l'Agence spatiale européenne (Esa). Cet accord est une « étape importante pour Copernicus, mais son avenir n'est pas encore complètement assuré ». Ce budget doit en effet être approuvé par le Parlement européen avant de pouvoir entrer en vigueur.

Enfin, dans son communiqué de presse, l'Esa tient à souligner que cet investissement favorisera l'emploi et la croissance. En effet, une étude récente de la Commission européenne montre que Copernicus permettra de créer environ 83.000 emplois en Europe d'ici 2030. Cela confirme une autre étude selon laquelle chaque euro investi dans ce programme générera quatre euros en retour.

Cela vous intéressera aussi