Propulsé par son moteur principal cryotechnique Vulcain et ses deux boosters à propergol solide d'appoint, le lanceur Ariane 5 a décollé pour la soixantième fois avec succès (tir V204, septembre 2011). © Esa/Cnes/Arianespace/Photo Optique vidéo du CSG

Sciences

En bref : Ariane 5 réussit son soixantième lancement

ActualitéClassé sous :Astronautique , Ariane 5 , Arianespace

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un lanceur Ariane 5 ECA a placé sur une orbite de transfert géostationnaire deux satellites de télécommunications. Il s'agissait du soixantième lancement d'un lanceur de la famille Ariane 5 et le 46e consécutif depuis 2003.

Pour son cinquième et dernier lancement de l'année, Ariane 5 a placé sur orbite les satellites de télécommunications Arabsat-5C et SES-2. Initialement prévu mardi 20 septembre, le tir du lanceur avait été reporté en raison d'une grève surprise du syndicat de l'Union des Travailleurs Guyanais (UTG) de la société Telespazio en charge du Système Mesures (télécom, synchronisation, localisation, météorologie, télémesures, et les moyens techniques de la station de Téléneutralisation Ariane) et des Stations de Poursuite Satellites, indispensables à tout lancement.

Le lanceur a finalement décollé le mercredi 21 septembre 2011, à 23 h 38 (heure de Paris), du Centre spatial guyanais à 23 h 37, heure de Paris. 36 minutes plus tard, les deux satellites étaient séparés sur leur orbite respective avec une très grande précision, au regard des paramètres de la mission. Les mesures indiquent en effet un périgée de 249,7 kilomètres pour 249,7 kilomètres visés, un apogée de 35.957 kilomètres pour 35.954 visés et une inclinaison de 1,99° pour 2,0° visés.

Galileo et l’ATV-3 au programme

Le prochain vol d'une Ariane 5 est prévu en février 2012 avec le lancement de l'ATV-3 Edoardo Amaldi, à destination de la Station spatiale internationale pour la ravitailler en fluides, vivres et divers équipements.

D'ici là, les équipes au sol d'Arianespace ne resteront pas les bras croisés. Elles préparent avec leurs collègues du Cnes et de l'Esa le vol inaugural du lanceur Soyouz depuis le Centre spatial Guyanais. Prévu le 20 octobre, il doit lancer les deux premiers satellites du système européen de navigation par satellites, Galileo. Ces satellites font partie de la phase dite de développement et de validation en orbite (IOV). Au nombre de quatre, ils sont tirés par paire. Les vingt-six autres satellites de la constellation seront lancés depuis Kourou par Arianespace qui utilisera une combinaison d'Ariane 5 et de Soyouz.

Cela vous intéressera aussi