Sciences

En bref : Ariane 5 allume son moteur... mais ne décolle pas

ActualitéClassé sous :Astronautique , Arianespace , Ariane 5

Ariane 5, qui devait décoller avec une charge utile record de plus de 10 tonnes, n'a pas quitté le sol. Alors que le moteur Vulcain fonctionnait à plein régime, une anomalie a été détectée, conduisant à l'arrêt de la chronologie de lancement. Le lanceur et les satellites sont en sécurité. Arianespace fixera une nouvelle date de lancement dès que possible.

Les deux satellites de télécommunications qui devaient s'envoler hier soir attendront quelques jours de plus. Après l'allumage du moteur Vulcain, une anomalie a été détectée, ce qui a conduit à faire avorter le lancement, sans aucune conséquence pour le lanceur et les satellites. Esa/S. Corvaja

Le lanceur Ariane 5 qui devait mettre sur orbite les deux satellites de télécommunications Yahsat Y1A et Intelsat New Dawn n'a pas réussi à décoller. Dans les dernières secondes de la chronologie du lancement, alors que le moteur Vulcain de l'Étage principal cryotechnique (EPC) venait de s'allumer, un contrôle a détecté une anomalie sur le lanceur, interrompant la chronologie finale de lancement. Le lanceur n'a donc pas quitté le pas de tir. Une situation qui ne s'était jamais produite.

Les deux étages d'accélération à poudre (EAP), plus communément appelés boosters ne se sont pas allumés, ce qui n'a pas permis de faire décoller le lanceur malgré l'allumage du Vulcain. En effet, ce sont ces boosters qui entraînent le décollage du lanceur. En temps normal, ils sont mis à feu 6,05 secondes après le début de la séquence d'allumage du moteur Vulcain, soit 7,05 secondes par rapport à H0. Ils délivrent une poussée variable dans le temps d'environ 600 tonnes chacun au décollage, soit plus de 90 % de la poussée totale du lanceur au décollage (la valeur maximale en vol est de l'ordre de 650 tonnes). Leur combustion dure 135 secondes, ils sont ensuite séparés de l'EPC par découpe pyrotechnique et retombent en mer.

Une procédure automatique de sécurité

Pendant les sept dernières secondes de la chronologie finale de lancement, les ordinateurs prennent la main. Une ou plusieurs anomalies ayant été détectées sur le lanceur ou le fonctionnement du Vulcain, les boosters ne se sont pas allumés et le moteur Vulcain s'est arrêté de fonctionner. Une procédure entièrement automatique qui a mis en sécurité le lanceur et les satellites.

En attendant d'y voir plus clair, le lanceur a été transféré au Bâtiment d'assemblage final (BAF) pour être remis en configuration de vol en vue de la prochaine tentative de lancement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi