Le site de lancement de Kourou avec au premier plan le pas de tir des lanceurs Ariane 5 (Ela-3) et, sur la droite, celui du petit lanceur Vega (SLV). © Esa/S. Corvaja

Sciences

Une Ariane 5 s'apprête à lancer deux satellites de télécommunications

ActualitéClassé sous :Astronautique , Ariane 5 , Ariane 5ECA

Une Ariane 5 ECA doit décoller pour la quatrième fois de l'année et lancer deux satellites de télécommunications et de télévision directe : Astra 2F, pour le compte de SES, qui sera positionné à 28,2° est, et GSat-10 mis à 83° est, pour le compte de l'Agence spatiale indienne.

Arianespace s'apprête à réaliser sa septième mission de l'année avec le lancement d'une Ariane 5 ECA. Ce 209e lancement d'une Ariane (65e lancement d'une Ariane 5), doit placer sur une orbite de transfert géostationnaire Astra 2F et GSat-10, respectivement satellite de télévision directe et de télécommunications.

Ces deux satellites à lancer le sont pour des clients historiques d'Arianespace. Ainsi Astra 2F sera le 36e satellite confié au lanceur européen par SES et GSat-10 le 15e demandé par l'Agence spatiale indienne (Isro) à Arianespace depuis le lancement du satellite expérimental Apple sur le vol L03 en 1981.

Le décollage est prévu dans la nuit de vendredi à samedi, le plus tôt possible à l'intérieur d'une fenêtre de tir s'ouvrant à 23 h 18 et se fermant à 0 h 07. Pour cette mission, la performance demandée au lanceur est de 10.211 kg dont 9.401 kg représentent la masse des satellites Astra 2F et GSat-10 à séparer sur l'orbite visée.

Lancement double pour une Ariane 5 ECA

D'une masse au lancement d'environ 6.000 kg, Astra 2F est construit autour d'une plateforme Eurostar E3000 d'Astrium. Il comprend des répéteurs actifs en bande Ku et en bande Ka. Depuis sa position orbitale à 28,2° est, Astra 2F offrira des services de télédiffusion directe DTH (Direct-to-Home) de nouvelle génération en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Il aura une durée de vie opérationnelle d'environ 15 ans.

Le satellite Asra 2F lors de tests radiofréquence, dans les salles blanches d'Astrium à Toulouse en août 2012. © Astrium/D. Marques


Quant à GSat-10, il a été construit par l'Agence spatiale indienne. D'une masse au décollage de quelque 3,4 tonnes, il a une durée de vie prévisionnelle d'environ 15 ans. Il est équipé de 18 répéteurs en bande C, de 12 répéteurs en bande Ku et d'une charge utile d'aide à la navigation de la constellation Gagan basée sur la technologie GPS. Il offrira principalement des services de télévision directe, d'observation météo et de radionavigation depuis sa position orbitale à 83° est. Sa zone de couverture s'étendra sur l'ensemble du sous-continent indien.

Une fin d’année chargée pour Aranespace

La fin d'année s'annonce plutôt chargée pour Arianespace et les équipes du Centre spatial guyanais. Sont prévus : les lancements de deux autres Ariane 5 et de deux Soyouz dont celui des deux derniers satellites Galileo (10 octobre). Ces deux satellites font partie de la phase dite de développement et de validation en orbite (IOV) qui doit s'assurer du bon fonctionnement du système Galileo en orbite et au sol. En tout, quatre satellites IOV sont à lancer. Les deux premiers l'ont été en octobre 2011, également par un Soyouz depuis Kourou.

En parallèle, se poursuit la préparation de l'ATV-4 Albert Einstein en vue de son lancement au printemps 2013.

Cela vous intéressera aussi