Fin septembre dernier, pour la première fois de son histoire, l’humanité a réussi à dévier un astéroïde de sa trajectoire. Grâce au télescope spatial Hubble, les astronomes continuent à suivre le nuage de débris éjectés après la collision. Et surprise : une deuxième queue d’éjectas vient de se former !

Dans la nuit du 26 eu 27 septembre 2022, la sonde DartDart a percuté l'astéroïdeastéroïde Dimorphos. Avec pour objectif de le dévier de sa trajectoire. Une mission qui devait servir à préparer la défense de notre planète dans le cas où les scientifiques devaient découvrir qu'un astéroïde fonce vers la Terre. Une mission d'ores et déjà qualifiée de réussie. Mais les astronomesastronomes continuent à étudier les effets de l'impact de Dart sur Dimorphos.

Voir aussi

Mission Dart : l’humanité a réussi à dévier un astéroïde pour la première fois de son histoire !

Ces dernières semaines, ils ont, à plusieurs reprises, tourné le télescope spatial Hubble vers l'astéroïde. Afin de construire une image la plus complète possible de l'évolution du nuagenuage de débris éjectés de Dimorphos après qu'il a été impacté par Dart. Pour l'heure, les astronomes disposent ainsi de pas moins de 18 précieuses images du système.

Une observation encore inexpliquée

Comme les chercheurs l'avaient prévu, le matériaumatériau éjecté - les experts parlent volontiers d'éjecta - s'est d'abord dilaté. Il a perdu peu à peu de sa luminositéluminosité. Mais quelque part entre le 2 et le 8 octobre dernier, il s'est formé une seconde queue d'éjectas. Un peu comme c'est souvent le cas sur des comètes. Mais de manière totalement inattendue ici. Et cette queue apparaît clairement sur les images renvoyées par le télescope spatial Hubbletélescope spatial Hubble.

Pour l'heure, les astronomes n'expliquent pas la relation qui pourrait exister entre cette queue et d'autres caractéristiques de l'éjecta qu'ils ont observé à différents moments depuis l'impact. Les chercheurs comptent étudier la question de plus près dans les mois à venir. Ils ont en effet tout de même plusieurs scénarios en tête qui pourraient expliquer l'apparition de cette seconde queue.


La collision de Dart contre Dimorphos vue par Hubble et James-Webb

Pour la première fois, les télescopes spatiaux James-Webb et Hubble se sont synchronisés pour observer ensemble la collision de la sonde Dart contre l'astéroïde Dimorphos. Les deux télescopes ont réalisé chacun plusieurs clichés avant et après la collision. Fascinant !

Article de Rémy DecourtRémy Decourt paru le 02/10/2022

Ces images, Hubble à gauche et Webb à droite, montrent des observations de Dimorphos plusieurs heures après que Dart a intentionnellement percuté l'astéroïde. © Nasa, ESA, CSA, and STScI
Ces images, Hubble à gauche et Webb à droite, montrent des observations de Dimorphos plusieurs heures après que Dart a intentionnellement percuté l'astéroïde. © Nasa, ESA, CSA, and STScI

Pour la première fois, à l'occasion de la mission Dart, les télescopes spatiaux James-Webb et Hubble ont réalisé des observations simultanées de la même cible : l'astéroïde binairebinaire composé de Didymos (780 mètres) et de sa lune Dimorphos (160 mètres) avant et après la collision de Dart contre Dimorphos.

Ces observations ont été rendues publiques aujourd'hui. Si elles ne sont artistiquement guère attrayantes, elles sont d'un très grand intérêt scientifique.

Voir aussi

C’est fait et c’est historique : la sonde spatiale Dart a percuté un astéroïde pour tenter de le dévier !

Comme le soulignent la NasaNasa et l'ESAESA dans leur communiqué de presse, ces observations et les suivantes déjà prévues, sont à même d'apporter des éléments de réponses à de nombreuses questions « sur la nature de la surface de Dimorphos, sur la quantité de matièrematière éjectée par la collision, sur la vitesse d'éjection et sur la distribution de la taille des particules dans le nuage de poussière en expansion ».

En outre, l'observation de l'impact dans un large éventail de longueurs d'ondelongueurs d'onde devrait révéler la « distribution de la taille des particules dans le nuage de poussière en expansion, ce qui permettra de déterminer s'il a projeté beaucoup de gros morceaux ou surtout de la poussière fine ». La combinaison de ces informations fournies par Hubble et James-Webb aidera les scientifiques à comprendre dans « quelle mesure un impact cinétique peut modifier l'orbite d'un astéroïde ».

Le télescope James-Webb observe Dart (Double Asteroid Redirect Test) entrant en collision avec la petite lune de l'astéroïde Dimorphos. © Nasa

Les observations vont se poursuivre ces prochaines semaines 

Dans les mois à venir, les scientifiques utiliseront également l'instrument infrarougeinfrarouge moyen (MiriMiri) et le spectrographespectrographe proche infrarouge (NIRSpecNIRSpec) de James-Webb pour observer davantage Dimorphos. Les données spectroscopiques permettront aux chercheurs de mieux comprendre la composition de l'astéroïde. Quant à Hubble, il est prévu qu'il observe Dimorphos une dizaine de fois au cours des trois prochaines semaines. Ces observations régulières et espacées dans le temps permettront de dresser un tableau plus complet de l'expansion du nuage d'éjectas qui s'étend et s'estompe au fil du temps.

Ces images de Hubble montrent le mouvement des éjectas après l'impact. Hubble a également réussi à observer Dimorphos, 160 mètres de diamètre, avant l'impact puis, à nouveau, 15 minutes après que Dart a percuté sa surface. Les images de la caméra à grand champ d’Hubble montrent l'impact en lumière visible. Les éjectas de l'impact apparaissent comme des rayons qui s'étendent à partir du corps de l'astéroïde. La pointe d'éjecta la plus large et en éventail à gauche de l'astéroïde est l'endroit où la sonde a percuté l’astéroïde. © Nasa, ESA, and STScI
Ces images de Hubble montrent le mouvement des éjectas après l'impact. Hubble a également réussi à observer Dimorphos, 160 mètres de diamètre, avant l'impact puis, à nouveau, 15 minutes après que Dart a percuté sa surface. Les images de la caméra à grand champ d’Hubble montrent l'impact en lumière visible. Les éjectas de l'impact apparaissent comme des rayons qui s'étendent à partir du corps de l'astéroïde. La pointe d'éjecta la plus large et en éventail à gauche de l'astéroïde est l'endroit où la sonde a percuté l’astéroïde. © Nasa, ESA, and STScI
James-Webb a pris une image du lieu de l'impact avant que la collision n'ait lieu, puis plusieurs observations au cours des heures suivantes. Les images de la caméra proche infrarouge du JWST montrent un noyau serré et compact, avec des panaches de matière apparaissant comme des traînées s'éloignant du centre de l'endroit où l'impact a eu lieu. James-Webb a observé l'impact pendant cinq heures au total et acquis dix images. © Nasa, ESA, CSA, and STScI
James-Webb a pris une image du lieu de l'impact avant que la collision n'ait lieu, puis plusieurs observations au cours des heures suivantes. Les images de la caméra proche infrarouge du JWST montrent un noyau serré et compact, avec des panaches de matière apparaissant comme des traînées s'éloignant du centre de l'endroit où l'impact a eu lieu. James-Webb a observé l'impact pendant cinq heures au total et acquis dix images. © Nasa, ESA, CSA, and STScI

Regardez comment l’astéroïde réagit à la collision avec la sonde Dart

Article de Rémy Decourt publié le 28/09/2022

Découvrez les premières images des éjectas et du nuage de débris qui se sont formés après la violente collision de la sonde Dart contre Dimorphos. Ces images ont été acquises par LiciaCube, le très petit satellite de l'Agence spatiale italienne conçu spécifiquement pour cette tâche. Malgré une forte saturation et une faible résolutionrésolution, elles sont d'un très grand intérêt scientifique.

L'Agence spatiale italienne a rendu publiques les premières images couleurcouleur de la collision entre Dart et l’astéroïde Dimorphos. Ces images pré- et post-impact ont été acquises par les deux caméras à bord de LiciaCube, Leia (LiciaCube Explorer Imaging for Asteroid) et Luke (LiciaCube Unit Key Explorer) et elles sont complémentaires. Si Leia peut photographier avec une plus haute résolution que Luke, mais seulement en noir et blanc, la caméra Luke a quant à elle un champ de vision plus large et peut acquérir des images avec des filtres de couleur rouge, vert, bleu.

Voir aussi

C’est fait et c’est historique : la sonde spatiale Dart a percuté un astéroïde pour tenter de le dévier !

Malgré leur faible résolution et une saturation élevée, ces images sont d'un « très grand intérêt scientifique et crucial pour aider à comprendre la structure et la composition de Dimorphos », a expliqué Elisabetta Dotto, membre de l'équipe scientifique de LiciaCube et chercheuse à l'Observatoire astronomique Inaf de Rome.

Ces images, qui toutes n'ont pas été acquises depuis la même position, montrent Dimorphos entouré de débris brillants et brumeux. Comme le souligne Elisabetta Dotto, la petite lune de Didymos est « complètement recouverte par cette émissionémission de poussière et de détritus produite par l'impact ». Avant l'impact, les scientifiques ne savaient pas comment l'astéroïde réagirait à la collision avec la sonde.

Quelques instants après la collision de Dart contre Dimorphos, un important nuage de débris et de poussière s'est formé au-dessus de l'astéroïde. Une scène que les caméras à bord du petit satellite LiciaCube ont pu photographier. © ASI
Quelques instants après la collision de Dart contre Dimorphos, un important nuage de débris et de poussière s'est formé au-dessus de l'astéroïde. Une scène que les caméras à bord du petit satellite LiciaCube ont pu photographier. © ASI

La mission se poursuit pour LiciaCube

Les autres images qui seront publiées ces prochains jours sont annoncées bien plus prometteuses.

Le petit satellite n'en a évidemment pas terminé avec ses observations de Dimorphos et de Didymos. Pendant encore plusieurs semaines, LiciaCube poursuivra sa mission d'exploration photographique de Dimorphos puis s'en éloignera et le dépassera. Cet autre point de vue permettra à LiciaCube d'avoir une idée beaucoup plus précise de la forme de Dimorphos et du nuage de débris qui s'est formé après l'impact.

Images de l'impact prises depuis la Terre, à l'observatoire Les Makes à La Réunion. © Les Makes observatory, J. Berthier, F. Vachier, T. Santana-Ros, ESA NEOCC, D. Föhring, E. Petrescu, M. Micheli