La reconstruction faciale des individus du passé intrigue et questionne tant les scientifiques que le grand public. L’équipe de Cicero Moraes, designer 3D venu du Brésil, a tenté de recréer le visage d’une adolescente ayant vécu au Paléolithique supérieur. Les résultats ont été publiés il y a peu dans un article en ligne.

L'histoire commence lorsqu'un crânecrâne est découvert en 1881 en République tchèque dans la grotte du site de Mladeč. Les méthodes de détermination du sexe biologique n'étant pas aussi développées que maintenant, les scientifiques de l'époque ont estimé qu'il s'agissait d'un individu de sexe biologique masculin.

C'est ainsi que, sur la base d'une mauvaise diagnose sexuelle, des reconstructions faciales ont été tentées dans les années 1930 pour recréer le visage de cet homme. De plus, la mandibulemandibule de l'individu était déjà manquante, ce qui posait quelques problèmes pour restituer le bas du visage.

La technologie pour reconstruire ce visage ancien

Suite à de nouvelles analyses, la diagnose sexuelle de l'individu de la grotte de Mladeč a été rectifiée passant d'un sexe biologique masculin à féminin. De plus, la jeune femme était âgée de 17 ans au moment de sa mort. En 2021, le crâne d'une des plus anciennes découvertes d'Homo sapiens en Europe est scanné et mis en ligne par le Museum d’Histoire naturelle de Vienne.

C'est sur la base de ce crâne modélisé, que les personnes à l'origine de la reconstruction ont souhaité mettre à profit des techniques médico-légales par le biais d'outils informatiques. La première étape pour l'équipe était de restituer les parties manquantes du crâne en mesurant de nombreuses données sur ce dernier. L'étape suivante a été de comparer des données sur d'autres crânes de ces périodes lorsque cela était possible. Les parties molles du visage ont été placées en prenant en compte la forme du crâne ainsi que les taux moyens de peau et de graisse observés sur des visages d'adolescentes de 17 ans. Quant au neznez ou encore aux lèvres, ces derniers sont impossibles à déterminer. Leurs formes sont des suggestions sur la base de diverses données.

Le crâne humain fossile découvert dans la grotte de Mladeč (République tchèque), en 1881, a été scanné et son visage recréé à l'aide d'outils informatiques. © Museum d'Histoire naturelle de Vienne, CC by 4.0
Le crâne humain fossile découvert dans la grotte de Mladeč (République tchèque), en 1881, a été scanné et son visage recréé à l'aide d'outils informatiques. © Museum d'Histoire naturelle de Vienne, CC by 4.0

Des résultats entre études et vues artistiques

Deux résultats 3D sont présentés au public. L'un non colorisé où l'individu est présenté sans cheveux et yeuxyeux fermés. L'autre est colorisé avec des cheveux et les yeux ouverts. Il est néanmoins important de rappeler qu'en dehors d'analyses génétiques approfondies, la couleur de peau, des yeux et des cheveux sans oublier leur texturetexture sont des choix artistiques de la part des équipes qui sont à l'origine de ce type de travaux. Idem pour les expressions faciales qui sont choisies par les artistes. 

Les reconstructions faciales de crânes permettent d'avoir une base tangible pour recréer le visage d'individus avec bien souvent pour objectif d'humaniser des personnes ayant vécu il y a plusieurs milliers d'années. Il est important de garder en tête que ces résultats restent des propositions et non des portraits fidèles des personnes du passé et qu'ils ne permettent pas nécessairement d'en savoir plus sur leur vie ou sur les conditions de leur mort.