Des chercheurs ont recherché de l’ADN dans des gommes retrouvées sur un site archéologique suédois. © JamesDeMers, Pixabay, CC0

Sciences

Une gomme à mâcher de 9.000 ans révèle des surprises sur la fabrication des outils

ActualitéClassé sous :archéologie , chewing-gum , gomme à mâcher

Mâché comme un chewing-gum, le brai de bouleau servait de glu pour la fabrication d'outils préhistoriques. L'analyse de l'ADN retrouvé sur des gommes d'un site archéologique suédois suggère qu'hommes, femmes et enfants mâchaient ces gommes.

Lorsque vous mâchez un chewing-gum, vous y laissez un peu de votre salive et donc, de votre ADN. Imaginez que nos ancêtres aient, eux aussi, mâché des gommes à la Préhistoire : leur ADN y est-il conservé et pour combien de temps ? C'est la question que s'est posé une équipe de chercheurs qui étudiaient des morceaux de gommes préhistoriques trouvées dans un site archéologique : Huseby Klev, à l'ouest de la Suède, où se pratique une technologie lithique venue de l'est.

Dans une fosse mise au jour à la fin des années 1980, des archéologues suédois ont découvert une centaine de ces chewing-gums de couleur sombre, de la taille d'un pouce, criblés de marques de dents. L'analyse chimique de certains de ces morceaux a montré qu'il s'agissait de brai de bouleau, une sorte de colle issue de résine végétale.

Le brai de bouleau servait à la fabrication d'outils et d'armes mais il était aussi mâché, ce qui pouvait le rendre plus malléable pour ensuite coller de la pierre à de l'os ou du bois. Les chercheurs des universités d'Oslo et de Stockholm ont donc voulu savoir si ces gommes pouvaient encore contenir de l'ADN des personnes qui les avaient mâchées. Leurs résultats paraissent sur le site de prépublication en ligne BioRχiv.

De l’ADN conservé pendant des millénaires dans des chewing-gums

Les échantillons testés avaient plus de 9.000 ans. L'ADN a été amplifié et les chercheurs ont identifié de l'ADN humain dans trois échantillons. Chaque ADN venait d'un individu différent, deux étaient féminins et un masculin. Au vu de la taille des dents estimée par les marques laissées sur la gomme, les « mâcheurs » étaient des jeunes âgés entre 5 et 18 ans.

Un chewing-gum d’Huseby Klev (au milieu) et les empreintes des dents sur des moulages, à gauche et à droite. La barre représente 50 millimètres. © Kashuba et al 2018, BioRχiv, photo de Verner Alexandersen

D'autres marques de dents adultes ont été trouvées sur le même site. On peut donc imaginer que des individus de tous âges et des deux sexes mâchaient ces gommes et s'en servaient pour la fabrication d'outils. L'analyse génétique a aussi révélé que l'ADN provenait de chasseurs-cueilleurs scandinaves qui chassaient le renne en Suède et en Norvège, au mésolithique.

C’est passionnant de pouvoir obtenir de l’ADN de quelque chose que les gens ont mâché il y a des milliers d’années

Cette étude montre qu'il est possible d'étudier des populations anciennes même sans restes humains. Dans Sciencemag, Lisa Matisoo-Smith, anthropologue à l'université d'Otago à Dunedin (Nouvelle-Zélande), a déclaré : « C'est passionnant... de pouvoir obtenir de l'ADN de quelque chose que les gens ont mâché il y a des milliers d'années. » Cependant, elle fait remarquer qu'il n'est pas certain que les personnes qui ont mâché les gommes fabriquaient aussi des outils car le brai de bouleau ne provenait pas d'outils.

Peut-être que les gommes analysées n'étaient que de vulgaires « chewing-gums », peut-être aussi étaient-elles mâchées pour leurs vertus thérapeutiques... Mais elles restent des outils d'étude intéressants. Elles pourraient par exemple servir à identifier le microbiome de populations préhistoriques.

  • Une centaine de chewing-gums préhistoriques a été retrouvé sur un site archéologique suédois.
  • Ces gommes, faites de brai de bouleau, étaient mâchées et servaient de colle pour fabriquer des outils.
  • L’analyse ADN de trois échantillons suggère que des enfants et des adultes des deux sexes mâchaient ces gommes avant de les utiliser dans la fabrication d’outils.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Kézako : mais pourquoi la colle... colle ?  Qui n’a jamais utilisé de colle pour réparer un objet ? Derrière cette démarche anodine, se cache une interaction complexe entre les atomes de la matière. Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, comment la colle... colle.