Consciente des risques de son activité sur l'atmosphère terrestre, l'industrie aéronautique en évalue l'impact réel sur l'environnement dans le contexte d'un trafic aérien croissant.
Cela vous intéressera aussi

Les effluents d'avions composés d'oxydes d'azoteoxydes d'azote, de vapeur d'eau, de particules comme les suiessuies, d'hydrocarbureshydrocarbures imbrûlés et d'espècesespèces soufrées sont susceptibles d'altérer la composition chimique de l'atmosphèreatmosphère (en particulier en ozoneozone) et ainsi, participer aux modifications du climatclimat.

Depuis 1990, l'ONERA dispose de MEDIANTE, un modèle de chimiechimie, de transport et de rayonnement. Ce modèle global en trois dimensions permet l'étude de l'impact à grande échelle des émissionsémissions polluantes en fonction des ventsvents, de la température et de la pression. Les applicationsapplications portent sur les avions supersoniques et subsoniques.

La modélisationmodélisation se décline aux échelles régionales et locales. Le modèle MEDIUM a pour enjeu l'étude de la qualité de l'airair à des échelles plus fines (la maille pouvant atteindre 1.5 km), au-dessus de l'Europe ou dans un environnement de taille aéroportuaire. Les perspectives offertes sont une meilleure surveillance et prévision du taux des polluants dispersés dans l'atmosphère.