Le Tesla Roadster d'Elon Musk est en route vers Mars. Il a été lancé par le Falcon Heavy, le lanceur le plus puissant au monde, de SpaceX, lors de son vol de démonstration. © SpaceX

Sciences

Historique : SpaceX a fait décoller le Falcon Heavy, le lanceur le plus puissant au monde

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , SpaceX , Falcon Heavy

Le Falcon Heavy, le lanceur le plus puissant au monde, a réalisé un vol de démonstration quasi parfait hier soir. Alors qu'Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX, estimait à 50 % le risque d'échec, sa voiture vole bien à destination de Mars.

Le vol de démonstration du Falcon Heavy, de SpaceX, est une réussite. Hier soir, en effet, le lanceur le plus puissant au monde a décollé sans coup férir, propulsé par ses 27 moteurs de l'étage principal, constitué de trois fusées Falcon 9 assemblées les unes aux autres.

Trente minutes plus tard, le Tesla Roadster d'Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX, était en route vers Mars, avec, au volant, le mannequin Starman écoutant Space Oddity, de David Bowie. Quant aux trois étages du Falcon 9, les deux latéraux sont retournés se poser au sol ensemble mais le troisième, en revanche, a raté la barge I Still Love You, positionnée sur l'océan Atlantique, et a heurté l'eau à grande vitesse.

Ce vol de démonstration avait aussi pour objectif de simuler une mission d'insertion d'une charge utile directement sur l'orbite géostationnaire, une exigence forte pour répondre aux besoins des militaires américains et du National Reconnaissance Office (NRO), une des nombreuses agences de renseignements des États-Unis. Cette partie de la mission a également été réussie !

Retour au sol des deux étages latéraux du Falcon Heavy huit minutes après le décollage du lanceur. © SpaceX

Un lanceur, oui, mais pour quoi faire ?

S'exprimant lors d'une téléconférence avec des journalistes quelques heures avant le lancement, Elon Musk a confirmé que les perspectives commerciales du Falcon Heavy s'étaient amenuisées, voire éteintes dirons-nous, avec l'évolution du marché des satellites de télécommunications et les améliorations apportées au Falcon 9, qui lui permettent aujourd'hui de transporter des satellites plus lourds que prévu, en particulier lorsque le lanceur est utilisé en mode non réutilisable.

Elon Musk a également confirmé que les projets de vols habités du Falcon Heavy à destination de Mars et autour de la Lune étaient abandonnés, au profit du Big Falcon Rocket. Ce futur lanceur, présenté en septembre 2017, doit remplacer, à terme, le Falcon 9, le Falcon Heavy ainsi que la capsule Dragon utilisée pour la desserte de la Station spatiale internationale (ISS).

Starman, le mannequin installé dans un Roadster Tesla, survole la Terre. Image extraite de la vidéo du lancement. © SpaceX

Cela dit, le Falcon Heavy volera à d'autres reprises. D'abord parce qu'il a dans son carnet de commandes quelques vols commerciaux à réaliser, mais aussi parce qu'avec ce lanceur, SpaceX vise le marché très fermé (réservé aux seuls lanceurs américains) des lancements à caractère militaire.

Enfin, il sera intéressant de connaître le point de vue de la Nasa sur l'éventualité d'utiliser ce lanceur pour ses propres programmes d'exploration humaine de la Lune, de Mars et des astéroïdes. Non pas pour lancer des astronautes, mais plutôt pour l'aider à déployer l'infrastructure spatiale nécessaire à ses programmes.

  • Ce vol réussi montre que l'architecture du Falcon Heavy est un pari gagnant, tout comme la technique utilisée pour accoler et faire fonctionner ensemble 3 étages principaux du Falcon 9.
  • En lançant en direction de Mars un mannequin habillé d'un scaphandre au volant d'une voiture, c’est aussi, en quelque sorte, un vol historique.
  • Ce lanceur occupe un créneau de l’accès à l’espace dans lequel l’offre de lancement est aujourd’hui quasi inexistante.
Pour en savoir plus

SpaceX va faire décoller le Falcon Heavy

Article de Rémy Decourt publié le 06/02/2018

Ne manquez pas, ce soir, la tentative de lancement du Falcon Heavy, de SpaceX. Ce lanceur américain est le plus puissant au monde. Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX, estime à 50 % les chances de succès de ce vol de démonstration. Ce lanceur à l'avenir incertain pourrait nous réserver une belle surprise. Il embarque un Tesla Roadster, avec à son bord... un faux astronaute !

Sept ans après avoir été officiellement présenté, le Falcon Heavy, de SpaceX, doit décoller ce soir du pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy (Floride, États-Unis), un lieu historique qui a vu s'envoler les capsules Apollo à la conquête de la Lune et les navettes spatiales de la Nasa.

L'administration fédérale de l'aviation américaine (FAA), qui gère également la réglementation en matière de lancements spatiaux commerciaux, a autorisé ce lancement. Ce dernier interviendra à l'intérieur d'une fenêtre de tir s'ouvrant, en heure de Paris, à 19 h 30 et se fermant trois heures plus tard, à 22 h 30. Le lancement est à suivre en direct sur le site Internet de SpaceX.

Le profil du vol de démonstration du Falcon Heavy. © SpaceX

Une voiture rouge dans l'espace qui chante du David Bowie

À bord de ce lanceur, le plus puissant depuis la Saturn V des missions Apollo, il y aura le propre Tesla Roadster rouge d'Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX, avec à son bord de faux astronautes. La voiture sera lancée dans l'espace, sur une orbite elliptique autour du Soleil, en chantant Space Oddity, de David Bowie. Bien qu'elle devrait s'approcher de Mars, elle ne roulera évidemment pas à sa surface !

En effet, la société SpaceX a préféré ne pas commercialiser ce lancement, ni même l'offrir à une charge utile opérationnelle. Cette décision peut sembler plutôt surprenante mais, devant le risque élevé d'échec, cela est en fait compréhensible. Plutôt que de lancer le Falcon Heavy à vide, Elon Musk s'est donc offert un joli coup de pub.

L'autre moment fort du lancement sera celui du retour des trois premiers étages, qui constituent l'étage principal du Falcon Heavy. Les deux étages latéraux retourneront se poser au sol, sur la Landing Zone, tandis que le corps central se posera en pleine mer, sur la barge I Still Love You positionnée sur l'océan Atlantique.

Le pas de tir 39A, du complexe de lancement 39 du Centre spatial Kennedy (Floride, États-Unis) réaménagé pour accueillir le Falcon Heavy et la version habitée du Falcon 9. © Nasa

Qu'est-il prévu après ce vol de démonstration ?

Si ce vol de démonstration réussit, SpaceX prévoit un voire deux lancements commerciaux cette année avec un satellite de télécommunications pour le compte d'Arabsat et une charge utile de démonstration qui n'a pas été identifiée pour le compte de l'US Air Force. Ce lancement permettra à l'Armée de l'air de juger si le Falcon Heavy est apte ou non à transporter des charges utiles militaires, ce qui pourrait lui ouvrir un petit marché.

Ensuite, bien que deux autres contrats de lancement soient dans le carnet de commandes, il existe une très grande incertitude quant à l'avenir de ce lanceur. Même si les raisons d'être initiales de l'appareil se justifiaient, l'arrivée à maturité de la propulsion électrique et la fiabilité trouvée du Falcon 9 le rendent moins indispensable pour concurrencer Arianespace.

Elon Musk estime à 50 % les chances de succès de ce vol de démonstration. En cas d'échec, le lanceur sera cloué au sol plusieurs mois le temps de l'enquête. Cela dit, un échec n'aurait rien de surprenant car c'est le lot de nombreux nouveaux lanceurs. Ariane 5 aussi a connu des revers à ses débuts avant de devenir le lanceur fiable que l'on connaît, avec une série consécutive de 82 tirs réussis, même si le dernier vol ne s'est pas déroulé comme prévu. En juin 1996, le premier lancement d'une Ariane 5 générique s'est conclu par l'explosion de celle-ci 40 secondes après son décollage. Six ans plus tard, le premier vol de la version 10 tonnes, l'Ariane 5 ECA, s'est également soldé par un échec, un défaut du système de refroidissement du moteur Vulcain 2 ayant provoqué la retombée du lanceur trois minutes après le décollage.

En revanche, il ne faudrait pas que le lanceur explose et endommage ou détruise son pas de tir. Effectivement, il faut savoir que, si SpaceX dispose d'autres sites de lancement pour son Falcon 9, le pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy est le seul adapté pour le vol habité. Il dispose d'une tour d'accès, vestige des missions de la navette spatiale, qui fera office de passerelle pour embarquer les astronautes à bord de la capsule Dragon V2. Si cette tour est détruite ou endommagée au lancement, elle retardera le programme des essais en vol du Dragon V2 et les premières missions humaines de SpaceX à destination de la Station spatiale internationale (ISS).


Le Falcon Heavy réalisera son vol inaugural le 6 février

Article de Rémy Decourt publié le 30/01/2018

Le Falcon Heavy de SpaceX réalisera son vol inaugural le 6 février. Si le lanceur le plus puissant au monde n'explose pas au décollage, ou après, et que la récupération de l'étage principal réussit, le pari sera gagné pour Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX.

L'essai statique de 12 secondes des moteurs de l'étage principal du Falcon Heavy s'étant bien déroulé (voir article ci-dessous), SpaceX a fixé au mardi 6 février la tentative de lancement de cet appareil. Il s'agit du lanceur le plus puissant au monde depuis la mythique Saturn V, de la Nasa.

Le Falcon Heavy décollera du 39A du Centre spatial Kennedy (Floride, États-Unis), un pas de tir historique qui a vu s'envoler les capsules Apollo à la conquête de la Lune et les navettes spatiales de la Nasa. À son bord, le propre Tesla Roadster rouge d'Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX. La voiture sera lancée dans l'espace, sur une orbite elliptique autour du Soleil, en chantant Space Oddity, de David Bowie. Bien qu'elle devrait s'approcher de Mars, elle ne roulera pas à sa surface !

Le but est de récupérer les trois premiers étages du Falcon Heavy qui constituent l'étage principal. Deux doivent se poser à terre et le troisième, le corps central, est censé atterrir sur la plate-forme de SpaceX, située en mer. Mais, au-delà la performance technique, beaucoup se demandent à quoi va servir le Falcon Heavy.

Un lanceur pour quoi faire ?

Avec ce lanceur lourd, SpaceX disposera d'un système de transport spatial capable de placer un peu moins de 64 tonnes en orbite basse ou près de 27 tonnes en orbite géostationnaire. Mais, finalement, on ne sait pas trop à quoi pourrait bien servir ce lanceur... En effet, il est trop puissant pour les marchés commerciaux du lancement de satellites (personne n'a quoi que ce soit d'aussi lourd à lancer) et il arrive trop tôt pour le lancement des infrastructures spatiales nécessaires à l'envoi d'humains sur Mars ou autour de la Lune, comme projettent de le faire l'Agence spatiale européenne (ESA) et la Nasa.

Lorsqu'en septembre 2017, Elon Musk avait présenté son Big Falcon Rocket (ou Big Fucking Rocket), capable de se rendre sur la Lune, sur Mars et de réaliser des vols commerciaux de longues distances sur Terre, certains étaient persuadés que le Falcon Heavy serait abandonné. D'autant plus qu'Elon Musk avait précisé que le Big Falcon Rocket devait remplacer, à terme, le Falcon 9, le Falcon Heavy ainsi que la capsule Dragon utilisée pour la desserte de la Station spatiale internationale (ISS). Il faut croire qu'il n'en est rien.


SpaceX réussit l'essai statique du Falcon Heavy

Article de Rémy Decourt publié le 26/01/2018

L'essai statique du Falcon Heavy, de SpaceX, a eu lieu avec succès mercredi 24 janvier. Ce lanceur lourd, qui est actuellement le plus puissant au monde, va pouvoir réaliser son vol de démonstration d'ici quelques jours.

C'est fait et avec brio : l'essai statique des moteurs de l'étage principal du Falcon Heavy, dont la réussite ou pas conditionnait l'autorisation du lancement, s'est très bien déroulé, mercredi 24 janvier à 18 h 30 (heure de Paris). Après neuf reports, il s'agissait de réaliser le test de mise à feu des 27 moteurs Merlin de l'étage principal. Cet essai statique est une procédure courante pour SpaceX, qui l'applique avant chaque lancement du Falcon 9.

Pendant 12 petites secondes (une éternité sans aucun doute pour les ingénieurs de SpaceX), les moteurs ont fonctionné à plein régime. Les données recueillies lors de cet essai vont être analysées et, si rien d'anormal n'est détecté, SpaceX et la Nasa devraient bientôt autoriser le lancement de ce nouveau lanceur.  

Essai statique des moteurs de l'étage principal du lanceur Falcon Heavy. L'impressionnant nuage de fumée qui s'est formé est une indication de la puissance produite par les moteurs. © SpaceX

« La mise à feu des moteurs du Falcon Heavy ce matin s'est bien passée, produisant un bon panache de vapeur, a commenté sur Twitter Elon Musk, fondateur et PDG de SpaceX, et d'ajouter que le lancement aura lieu dans environ une semaine ».


SpaceX : le premier tir du Falcon Heavy aura lieu ce mois-ci

Article de Rémy Decourt publié le 08/01/2018

Alors qu'un Falcon 9 vient de réussir le lancement du satellite militaire secret Zuma, Falcon Heavy, le lanceur lourd de SpaceX, se prépare pour son premier vol. Coup de pub, la fusée embarquera la Tesla Roadster personnelle d'Elon Musk. Ce lanceur à deux étages est constitué de trois premiers étages du Falcon 9, pour un total de 27 moteurs. Une configuration que SpaceX a reconnu ne pas complètement maîtriser. Alors, explosion au décollage ou voiture en route à destination de Mars ?

Sept ans après avoir été officiellement présenté, le Falcon Heavy est prêt à décoller. Elon Musk a utilisé les réseaux sociaux de SpaceX pour annoncer son vol inaugural dans le courant du mois de janvier.

Ce lancement sera précédé d'un essai statique sur le pas de tir des moteurs de l'étage principal, prévu cette semaine. Les 27 moteurs de cet étage seront allumés brièvement dans une procédure courante appliquée avant chaque lancement de Falcon.

Initialement, ce premier vol de démonstration devait embarquer une charge utile. Mais devant le risque élevé d'échec, la société SpaceX a préféré ne pas commercialiser ce lancement ni même l'offrir à une charge utile opérationnelle. Plutôt que de lancer le Falcon Heavy à vide, Elon Musk s'offre un joli coup de pub et va lancer à destination de Mars son propre Tesla Roadster rouge chantant Space Oddity, de David Bowie, tout au long de son voyage interplanétaire qui devrait l'approcher de Mars.

Le Tesla Roadster d'Elon Musk installé sur l'étage supérieur Falcon Heavy, avant que la coiffe du lanceur ne l'enferme pour le protéger du décalage. © SpaceX

Zuma, le satellite secret de l'US Air Force, est lancé

Ce vol inaugural était conditionné au lancement de Zuma, nom de code donné à un satellite secret du gouvernement américain qu'un Falcon 9 de SpaceX a mis en orbite ce 8 janvier, après plusieurs reports dus aux conditions météorologiques en Floride, aux prises avec une vague de froid inédite. Il a décollé du Centre spatial Kennedy, à partir du complexe de lancement 40, à proximité du pas de tir du Falcon Heavy.

Si cette mission de démonstration est un succès, SpaceX prévoit au moins deux autres lancements du Falcon Heavy dans le courant de l'année. Gwynne Shotwell, présidente et CEO de SpaceX, a en effet précisé que ce premier vol de démonstration serait suivi par le lancement d'un satellite géostationnaire de télécommunications d'Arabsat, puis du satellite Space Test program 2 (STP-2) de l'US Air Force. Ce vol sera un essai en grandeur nature de la mission GPIM (Green Propellant Infusion Mission), de la Nasa. Le but est de tester une alternative à l'hydrazine, ergol fortement toxique et corrosif actuellement utilisé. Ce nouvel ergol serait 45 % plus dense et sa performance serait supérieure de 50 %.


SpaceX teste le noyau central de son lanceur lourd, le Falcon Heavy

Article de Rémy Decourt publié le 12/05/2017

Le Falcon Heavy comptera 27 moteurs au culot de son étage principal, formé de trois étages principaux du Falcon 9, dont il sera donc la version lourde. En prévision d'un premier vol à la fin de cet été, SpaceX a réalisé un essai statique du noyau central. À la différence des deux autres étages, déjà utilisés en vol, l'étage central a été modifié pour que les deux autres puissent s'y accoler. D'où ce test, pour s'assurer que ces modifications n'altèrent pas ses performances.

Le premier vol du Falcon Heavy, prévu à la fin de cet été, se prépare. Il y a quelques jours, sur son site de McGregor au Texas, SpaceX a réalisé un essai statique du noyau central de l'étage principal de ce futur lanceur lourd. Bien que la société n'ait pas précisé les données techniques de l'essai ni l'analyse des paramètres mesurés, il a été annoncé comme réussi.

L'étage principal du Falcon Heavy utilisera trois étages principaux du Falcon 9 dans une configuration similaire à celle du Delta 4 Heavy de United Launch Alliance. Seul l'étage central sera neuf. Les deux étages situés de part et d'autre du noyau central ont déjà volé lors de précédents lancements de Falcon 9. Initialement, SpaceX souhaitait utiliser trois étages d’occasion, mais les modifications nécessaires à réaliser sur l'étage central, pour accoler les deux étages, étaient trop contraignantes.

Extrait de 19 secondes de l'essai statique du noyau central de l'étage principal du Falcon Heavy. © SpaceX

Une flottille de petits satellites à bord du deuxième Falcon Heavy

Les retards du Falcon Heavy sont imputables aux raisons expliquées dans l'article ci-dessous mais également aux opérations de réparations du pas de tir SLC 40 de Cap Canaveral, endommagé lors de l'explosion au sol d'un lanceur Falcon 9, en septembre 2016. Son indisponibilité contraint SpaceX à utiliser le pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy, que la société envisageait d'utiliser pour tester au sol le Falcon Heavy et la version habitée du Falcon 9. Le pas de tir du SLC 40 sera de nouveau en activité d'ici le mois de juin, ce qui permettra la reprise des lancements du Falcon 9 depuis Cap Canaveral tandis que le complexe de lancement 39A sera utilisé pour préparer le premier lancement du Falcon Heavy.

C'est seulement lors de son deuxième lancement que ce lanceur embarquera une charge utile de plusieurs dizaines de satellites, dont le plus petit pèse à peine 1 kg et les plus gros environ 180 kg. Parmi ces satellites, on citera la voile solaire de la Planetary Society, un démonstrateur de carburant vert et la constellation Observing System for Meteorology, Ionosphere and Climate (Cosmic 2). Composée de douze satellites, elle devrait prendre la relève de la constellation Cosmic 1 destinée à la collecte de données de radio-occultation pour l'analyse et la prédiction des ouragans. Autre constellation, les cinq CubeSats Prometheus pour des démonstrations technologiques de transferts de fichier audio, vidéo et de données à l'aide d'un petit terminal vers des stations au sol utilisant des communications par satellites au-delà de l'horizon.

Ce lancement, provisoirement programmé pour la fin de 2017 sera vraisemblablement décalé au printemps 2018.


Le Falcon Heavy de SpaceX, un lanceur lourd qui pourrait devenir totalement réutilisable

Article de Rémy Decourt publié le 05/04/2017

Le lanceur lourd de SpaceX, très en retard sur son calendrier (le premier vol était prévu en 2013), devrait décoller cette année. Il doit permettre à l'entreprise américaine de se porter candidate pour le lancement des satellites les plus lourds de l'U.S. Air Force et de concurrencer Arianespace sur le marché des gros satellites de télécommunications. Ce futur lanceur pourrait également révolutionner le marché s'il devient comme promis, totalement réutilisable...

Quelques jours après le succès du lancement d'un Falcon 9 avec un étage réutilisé, Elon Musk annonce vouloir également récupérer l'étage supérieur du Falcon Heavy. Ce lanceur, en retard sur son calendrier, doit réaliser son premier vol cet été. Un retard qui ne s'explique pas seulement par les deux échecs du Falcon 9.

Elon Musk a concédé que le développement du Falcon Heavy, dont l'étage principal est constitué de trois premiers étages du Falcon 9, a « été une de ces choses qui a d'abord semblé facile ». Mais accoler deux « boosters » à un étage identique, pour un total de 27 moteurs, s'est révélé plus difficile que prévu. Le projet a nécessité une « refonte du noyau central et l'ajout d'une tonne de matériel supplémentaire ». Sans doute faut-il entendre par « une tonne » une expression signifiant simplement une quantité importante. À ces contraintes de développement, brièvement évoquées lors d'un précédent article, SpaceX en ajoute deux autres avec la volonté de récupérer non seulement les 27 moteurs du premier étage mais aussi l'étage supérieur, voire la coiffe du lanceur. Et ce dès le premier vol d'essai.

Trois étages récupérés du Falcon 9. Lors de son premier vol, l'étage principal utilisera deux de ces boosters. Seul l'étage central sera neuf. © SpaceX

Un premier lancement avec 27 moteurs à récupérer

Pour le lancement prévu cet été, Elon Musk a annoncé la couleur« les boosters latéraux devraient revenir se poser sur la terre ferme tandis que l'étage central, celui qui fonctionnera le plus longtemps lors du vol, ira se poser sur notre barge », située en pleine mer, à plusieurs centaines de kilomètres du rivage. Quant à l'étage supérieur du lanceur, Elon Musk n'a pas précisé comment il comptait le récupérer. Il a néanmoins concédé avec lucidité que « les chances de réussite sont faibles, mais que cela vaut le coup d'essayer ». Au sujet de la coiffe du lanceur, on signalera que lors du lancement du Falcon 9 réutilisé, les deux parties de celle du satellite SES-10 ont été récupérées aves succès, dans l'océan, après une descente sous parachute.

Cette réutilisation possible se paie en masse maximale. Le Falcon Heavy est annoncé avec une performance de plus de 21 tonnes en orbite de transfert géostationnaire mais, dans sa version réutilisable, elle est diminuée d'une bonne moitié. En effet, le lanceur a besoin de carburant pour ramener les trois étages.

Enfin, bien que SpaceX ait signé plusieurs contrats de lancements avec le Falcon Heavy, il volera pour ainsi dire à vide lors de son premier vol. En raison des risques inhérents à tout nouveau lanceur, SpaceX n'a pas souhaité embarquer un satellite ou une charge utile opérationnelle. Ce sera donc une charge factice, vraisemblablement équipée de capteurs, voire de quelque chose dont la perte serait sans conséquence.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le Falcon 9 de SpaceX se pose sur une barge en mer  SpaceX avait déjà réussi à ramener sur la terre ferme le premier étage de son lanceur spatial après un vol court. Le 9 avril 2016, après cinq tentatives ratées, l'entreprise américaine parvenait pour la première fois à le faire atterrir sur une barge en pleine mer, dans l'océan Atlantique. Après le lancement d'un satellite, l'engin, qui s'est beaucoup éloigné de son site de décollage, a ainsi beaucoup moins de chemin à parcourir.