Fabiola Gianotti a commencé sa carrière de physicienne à la fin des années 1980 en travaillant sur les données de l'expérience UA2, l'un de celles qui a permis aux chercheurs du Cern de découvrir en 1983 les bosons W et Z dont les masses requièrent l'existence du boson de Brout-Englert-Higgs. On la voit ici devant le détecteur Atlas qui lui a permis, avec ses collègues, de découvrir cette mythique particule. © Claudia Marcelloni, Cern

Sciences

En 2016, la physicienne Fabiola Gianotti dirigera le Cern

ActualitéClassé sous :accélérateur de particules , cern , Atlas

-

Le Conseil du Cern vient d'annoncer que son 16e directeur général sera la physicienne italienne Fabiola Gianotti. C'est la première fois que le poste est attribué à une femme. Elle a acquis une notoriété mondiale à la tête de la collaboration Atlas qui a permis avec un autre détecteur, CMS, de confirmer l'existence du boson de Brout-Englert-Higgs qui est longtemps restée théorique.

En 2014, on a salué la première attribution d'une médaille Fields de mathématique à une femme en la personne de Maryam Mirzakhani. Alors que le Cern vient de fêter ses 60 ans, son Conseil vient d'annoncer que son prochain directeur général sera la physicienne italienne Fabiola Gianotti. Elle succédera à l'Allemand Rolf Heuer le 1er janvier 2016 et son mandat durera 5 ans. C'est la première fois qu'une femme va se trouver à la tête du Cern mais ce n'est pas la première fois qu'une physicienne va diriger un important laboratoire de physique des particules. Persis Drell a en effet été la directrice du Centre de l'accélérateur linéaire de Stanford de 2007 à 2014.

Comme plusieurs physiciens de renom, tel Jean-Pierre Luminet, Fabiola Gianotti, qui est née en 1962 à Milan en Italie, a commencé jeune à s'intéresser d'abord à l'art et à la musique (c'est une pianiste diplômée du conservatoire de Milan) avant de se tourner vers la philosophie. Le passage s'est fait naturellement vers la physique puisque selon les propres mots de la chercheuse, « la physique tentait également de répondre aux questions fondamentales, et souvent elle le pouvait. Peut-être pas la réponse finale, peut-être juste un petit pas en avant ».

Une courte présentation du Cern en 3 minutes. © Cern, YouTube

Une philosophe et une pianiste à la tête du Cern

Ce fut le début d'une trajectoire qui allait finalement l'amener à la tête de la collaboration menant l'expérience Atlas de mars 2009 à février 2013 et donc à jouer un rôle important dans la chasse au boson de Brout-Englert-Higgs qui a été menée avec ce détecteur géant, complémentaire de CMS. Son travail lui vaudra d'ailleurs d'être lauréate en 2012 d'un des prix de la Fundamental Physics Prize Foundation de Yuri Milner.

L'actuel directeur général du Cern, Rolf Heuer, a commenté la nomination de son successeur en ces termes : « Fabiola Gianotti est un excellent choix. Cela a été un plaisir de travailler avec elle toutes ces années. Je me réjouis à la perspective de collaborer avec elle tout au long de l'année de transition, en 2015, et je sais que je laisse le Cern en de très bonnes mains ».

La physicienne a quant à elle déclaré : « C'est un grand honneur et une grande responsabilité pour moi d'être choisie pour occuper cette fonction, prenant la suite de 15 directeurs généraux d'une qualité remarquable. Le Cern est un centre d'excellence scientifique, et une source de fierté et d'inspiration pour les physiciens du monde entier. C'est également un berceau de la technologie et de l'innovation, une source de savoir et d'éducation, et un exemple brillant, et concret, de coopération scientifique et pacifique dans le monde. C'est la combinaison de ces quatre aspects qui font du Cern un lieu si exceptionnel, un lieu qui produit de meilleurs scientifiques et une société meilleure. Je m'attacherai pleinement à maintenir l'excellence du Cern dans tous ses aspects, avec l'aide de tous, y compris le Conseil du Cern, le personnel et les utilisateurs venus du monde entier ».

Cela vous intéressera aussi