Le chien aide et favorise le maintien de l'activité physique. © WavebreakMediaMicro, Fotolia

Santé

Six preuves scientifiques que le chien est bon pour la santé

Question/RéponseClassé sous :médecine , chien , vivre avec un chien

Les chiens encouragent l'activité physique, favorisent la guérison des maladies, réduisent le stress et la dépression, et diminuent même le risque de mortalité. Les 20 % des Français qui possèdent un chien sont décidément de sacrés veinards.

Selon un sondage Ipsos, plus de 60 % des propriétaires de chiens affirment que leur animal augmente leur bien-être et apaise leur stress. Un sur deux explique qu'il leur permet de se sentir moins seul et 40 % qu'il favorise le maintien d'une activité physique. Et ce n'est pas qu'une impression : d'innombrables études montrent les bienfaits des animaux sur la santé. Enfants, adultes, malades ou personnes âgées : chacun trouvera une bonne raison d'adopter un chien.

Le chien favorise l’activité physique

Les propriétaires de chiens marchent trois fois plus que les autres, selon une étude de l’Université de Liverpool. S'appuyant sur l'activité de 700 personnes, les chercheurs ont calculé que les personnes ayant un chien passent en moyenne 300 minutes par semaine à se promener avec lui, soit 200 minutes de plus que les personnes sans chien et le double du minimum d'activité modérée recommandé par les autorités de santé. De façon plus inattendue, les propriétaires de chiens pratiquent aussi plus de sport (vélo, jogging, gym...), même sans la présence de leur animal.

Le chien aide les malades à guérir

La Thérapie Assistée par l'Animal (TAA) est de plus en plus utilisée en complément des soins traditionnels. Des chercheurs américains ont montré que l'interaction avec un chien avait un effet bénéfique chez les enfants atteints d'un cancer avec, notamment, une pression sanguine plus stable et une diminution de l'anxiété. À Amiens, la cynothérapie aide les malades mentaux à réduire leurs troubles en enrayant le processus d'isolement et en favorisant leur adaptation à la vie sociale. Le chien permet aussi de réduire les traitements psychotropes grâce à leur effet d'apaisement.

Le chien allonge la durée de vie

Avoir un chien chez soi protégerait des maladies cardiovasculaires et diminuerait la mortalité en général, rapporte une étude suédoise de 2017 qui a suivi 3,4 millions de personnes entre 40 et 80 ans. Après avoir exclu les facteurs démographiques et les autres risques, les scientifiques ont conclu que les personnes possédant un chien voient leur risque de maladie cardiovasculaire baisser de 23 % et le risque de mortalité, toutes causes confondues, de 20 %. Le chien permet notamment de diminuer le stress et la solitude, facteurs favorisant la survenue de cette pathologie.

Le chien sort les personnes âgées de la solitude

Les seniors sont souvent exposés à des pathologies invalidantes et à la solitude, ce qui n'incite guère à garder le moral et à sortir de chez soi. L'animal constitue alors souvent la seule source de compagnie et d’affection. Des chercheurs de l’Université de Rochester ont ainsi montré que les personnes âgées qui possèdent un chien sont 36 % moins susceptibles de ressentir la solitude. Le chien ferait même rajeunir, selon une autre étude de 2014 qui indique que les personnes âgées ayant un chien ont un niveau d'activité physique équivalent à celui d'une personne de 10 ans plus jeune. Chez les patients atteints d'Alzheimer, le chien permettrait aussi de réduire le déclin cognitif.

Le chien réduit le stress et la dépression

Une étude de 2005 menée auprès de professionnels de la santé montre une réduction significative du taux de cortisol (une hormone du stress) après seulement cinq minutes d'interaction avec un chien. Une autre méta-étude de 2007 indique que les activités avec les animaux sont associées à une réduction des symptômes dépressifs. Les enfants qui grandissent avec un chien de compagnie seraient également moins exposés aux troubles anxieux. Plusieurs raisons peuvent expliquer ces effets bénéfiques : d'une part, s'occuper d'un chien occupe l'esprit et aide à se débarrasser des pensées négatives. La présence d'un chien a également une action apaisante et renforce l'estime de soi. Enfin, le chien favorise les relations sociales.

Le chien détecte les maladies

Grâce à leur sens de l'odorat particulièrement développé, les chiens sont capables de détecter des maladies comme le cancer. Les tumeurs émettent en effet des composés chimiques caractéristiques que le flair canin peut identifier. Lors de diverses expériences, des chiens ont par exemple réussi à dépister les personnes atteintes d'un cancer du poumon grâce à leur haleine, ou le cancer de la prostate dans les urines. Ils peuvent également reconnaître des cellules malignes responsables du cancer du sein. Une procédure testée notamment à l’Institut Curie et qui montre une fiabilité proche de 100 %. Le chien serait aussi susceptible de détecter les crises de glycémie chez les diabétiques.

Le chien, bon pour notre santé ? Pour s'occuper de la sienne, rendez-vous sur toutoupourlechien, où vous trouverez tous les conseils nécessaires.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !