Les compléments alimentaires sont-ils dangereux pour la santé ? © Lothar Drechsel, Fotolia

Santé

Compléments alimentaires : lesquels faut-il éviter ?

Question/RéponseClassé sous :médecine , complément alimentaire , compléments nutritionnels

Non soumis aux mêmes exigences que les médicaments, les compléments alimentaires et autres cocktails de vitamines contiennent pourtant des ingrédients loin d'être anodins. Certains peuvent même se révéler dangereux. Voici une liste de ceux dont il faut se méfier.

Minceur, anti-stress, revitalisant, digestion, contre les symptômes de la ménopause ou pour prévenir la grippe... Près d'un Français sur quatre achète des compléments alimentaires. Contrairement aux médicaments, ces produits ne font pas l'objet d'une autorisation individuelle de mise sur le marché, ni d'une évaluation préalable indépendante. Loin d'être anodins, les compléments alimentaires sont à l'origine de plus de 2.600 effets indésirables (année 2016), selon l'Académie de pharmacie, avec chaque année 37 à 52 % des cas jugés « graves ».

Les compléments alimentaires suivants sont susceptibles de causer des effets indésirables chez certaines populations (femmes enceintes, personnes souffrant d'allergie alimentaire, diabétiques...) ou en interaction avec d'autres compléments. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a notamment publié des mises en garde concernant les produits suivants :

  • compléments alimentaires contre l'arthrose contenant de la glucosamine ou de la chondroïtine sulfate ;
  • compléments contenant de la mélatonine ;
  • levure de riz rouge ;
  • compléments minceur à base d'orange amère (Citrus aurantium ssp. Aurantium) sources de p-synéphrine ;
  • gelée royale, pollen, propolis (en cas d'asthme ou d'allergie au pollen) ;
  • spiruline (risque de contamination par des cyanotoxines, bactéries ou traces métalliques) ;
  • compléments à base d'algues (risque de surdose en iode) ;
  • compléments pour le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse ;
  • compléments à base de phytoestrogènes, en particulier ceux issus des isoflavones de soja (déconseillés aux personnes ayant eu un cancer hormonal dépendant - sein et utérus).
À trop forte dose, la vitamine C a un action pro-oxydante. © Mykola, Fotolia

D'autres compléments alimentaires sont également mis en cause :

Compléments alimentaires : les précautions à prendre

Pour toute prise de complément alimentaire, l'Anses recommande de :

  • signaler la prise de compléments à son médecin ;
  • éviter la consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires ;
  • éviter l'apport d'un même ingrédient par différentes sources (autre complément, médicament...) ;
  • privilégier les produits avec une formulation simple ;
  • acheter ses produits auprès d'un circuit d'approvisionnement sûr.
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi