Le jeûne intermittent a le vent en poupe ! Il serait bénéfique pour perdre du poids bien sûr, mais aussi pour lutter contre les maladies métaboliques, voire aussi prévenir certains cancers. Qu’en est-il exactement ? Quelles sont les données scientifiques disponibles ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Faut-il manger gras quand il fait froid ? L’hiver, le corps doit faire plus d’efforts pour lutter contre le froid. Mais s'il peut sembler logique de manger plus gras, cette affirmation ne tient plus vraiment avec nos modes de vie actuels.

Un jeûne est une privation volontaire de nourriture pendant un temps plus ou moins long. Le jeûne est présent dans de nombreuses cultures : Ramadan, Carême. Le jeûne intermittent est un type de jeûne où la personne alternealterne périodes de privation et périodes d'alimentation normale. Il existe plusieurs variantes : jeûner 1 jour sur 2, jeûner 2 jours par semaine, jeûner 16 heures sur 24 heures (c'est-à-dire dîner tôt et sauter le petit déjeuner). Il s'agit bien entendu de manger moins et non pas de répartir différemment les prises alimentaires. Il convient également de manger sainement sur les périodes autorisées.

Quelles sont les données scientifiques disponibles sur les bienfaits du jeûne ?

Plusieurs études suggèrent que le jeûne aurait des effets positifs sur la santé, notamment sur le métabolisme énergétique, sur le niveau d'inflammation et sur le déclenchement du stress oxydatif. Néanmoins, les études existantes n'ont pas été correctement menées d'un point de vue méthodologique et ne permettent pas de conclure avec un niveau de preuve suffisant. Par exemple, les études n'étaient pas randomisées ou il n'y avait pas de groupe contrôle, ou bien encore les effectifs étaient faibles. Il serait très intéressant que des études rigoureuses soient menées sur le sujet, au vu de l'emballement de nombreuses personnes pour cette pratique.

En revanche, des essais menés sur des animaux ont apporté des résultats concluants. Il a été prouvé sur des rongeursrongeurs que le jeûne peut retarder le processus naturel de vieillissement et donc ralentir la survenue de maladies.

Pour bénéficier des potentiels bienfaits du jeûne, il faut bien sûr manger sain le reste du temps. © NeustockImages, IStock.com
Pour bénéficier des potentiels bienfaits du jeûne, il faut bien sûr manger sain le reste du temps. © NeustockImages, IStock.com

Le jeûne peut-il être dangereux ?

La pratique n'est pas sans risques pour la santé. La personne peut ressentir des maux de tête et des malaises. Certaines catégories de personnes doivent se montrer particulièrement vigilantes comme les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants, les personnes âgées.

Le jeûne dans la prévention des cancers

Nos cellules accumulent des radicaux libresradicaux libres au fil du temps. Ceux-ci sont responsables de mauvais fonctionnements de la cellule, pouvant déclencher un cancer. Il a été montré chez l'animal que la privation de nourriture enclenche des mécanismes de protection cellulaire, réduisant le taux de radicaux libres. Si cette hypothèse est séduisante, nous ne disposons pas encore de suffisamment de données fiables pour pouvoir conclure sur le temps de jeûne adéquat, le bon rythme d'alternance jeûne/alimentation...

De manière générale, dans ce domaine, il est difficile de mener des essais rigoureux. Il est par exemple impossible de mettre en œuvre une expérience en double aveugle comme pour un médicament (c'est-à-dire un protocoleprotocole dans lequel ni le patient ni le médecin ne sauraient si le patient jeûne ou pas).