Dans l'histoire de l'humanité, le dégoût a permis d'éviter le contact avec des maladies ou de consommer des aliments insalubres. © Samuel, Fotolia

Santé

Top 5 des aliments les plus dégoûtants au monde

Question/RéponseClassé sous :Divers , aliment , dégoûtant

Signe de convivialité, le partage d'un bon repas peut faire tomber bien des frontières entre les cultures. Pourtant, ce qui est délicieux pour certains, comme la tête de veau, les escargots ou les cuisses de grenouilles en France, est parfois considéré comme répugnant par d’autres cultures. Qu’en est-il pour vous ? Quelle sera votre réaction devant ces aliments, si éloignés de nos mœurs alimentaires et, il faut bien l’avouer, que nous avons trouvés… quelque peu dégoûtants.

La notion même de dégoût est capitale en matière de survie. Car le dégoût nous aide à éviter le contact avec des maladies ou l'ingestion d'aliments insalubres ou toxiques. Mais l’on s’aperçoit que la notion de dégoût est différemment partagée. Un aliment qui semble appétissant à une personne peut provoquer la répulsion chez une autre. Effectuons tout de même un petit tour du monde des aliments les plus dégoûtants.

Le surtrömming, un hareng fermenté au nom improbable

Le surströmming, une odeur dégoûtante, mais un goût divin selon les amateurs. © Lapplaender, Wikipédia, CC by-sa 3.0

Citons d’abord le surströmming. Souvenez-vous, cette spécialité suédoise a fait le buzz début 2017. Petit rappel : il s’agit d’un hareng fermenté pendant plusieurs mois... au moins. Il est donc aisé d’imaginer l’odeur pestilentielle qui se dégage d’une boîte de conserve de surströmming au moment de son ouverture. Dégoûtant peut-être, mais si vous dépassez ce désagrément olfactif, sachez que, toujours selon les amateurs, le hareng fermenté et dégusté sur une tranche de pain, accompagné de quelques pommes de terre et oignons, aurait un goût tout simplement divin.

Le casu marzu, un fromage qui bouge tout seul

« Visqueux et mouvant, une parfaite saveur de pourriture et de décomposition avec une note prolongée de vomi. » C’est la description que Lonely Planet donne du casu marzu. © Shardan, Wikipedia, CC by-sa 2.5

Pâte pressée et cuite, le pecorino est un fromage italien au lait de brebis tout ce qu’il y a de plus classique. Là où les choses se compliquent, c’est quand on vient y introduire, en cours d’affinage, des larves de Piophila casei, plus communément appelées mouches du fromage. Objectif : amener le fromage à un stade ultime de fermentation, lui donnant un aspect coulant et crémeux. Le fromage change alors de nom et devient casu marzu. Mais ce qui est vraiment dégoûtant est qu’au moment de le déguster, des asticots vivants s’invitent à la table ! Une particularité qui lui a d’ailleurs valu d’être interdit à la vente en Union européenne.

Le durian, roi des fruits ?

Les Asiatiques lui prêtent des propriétés presque magiques. Pourtant le durian doit être consommé avec modération en raison de sa haute teneur en soufre puis, parce qu’il est très riche en sucres et particulièrement gras. © pondpony, Fotolia

Pour les Asiatiques, il est le roi des fruits. Pourtant, il est interdit dans les transports en commun ou dans les hôtels tellement son odeur est répugnante. Certains la comparent à celle d’un cadavre en décomposition. Une odeur qui serait le résultat d’une production excessive d’un composé sulfureux volatil. Pourtant les rongeurs, les éléphants et même les tigres en raffolent. Ces saveurs seraient délicates et sa pulpe aurait un goût de crème anglaise parfumée à l’amande.

Le vin de bébés souris

Le vin de bébé souris est l’un des aliments dégoûtants que vous pourrez découvrir au Disgusting Food Museum, comprenez le Musée des aliments dégoûtants. © Disgusting Food Museum

Le vin, traditionnellement, s’obtient à partir de raisin. Mais en Chine, il en existe une version bien différente. Ce vin en réalité, est concocté à partir d’alcool de riz dans lequel on immerge... des bébés souris avant qu’ils n’ouvrent leurs yeux ! On laisse alors reposer quelques mois avant de déguster, les petites souris blanchies par l’alcool demeurant toujours au fond de la bouteille. Selon la tradition chinoise, le vin de bébés souris aurait des vertus médicinales.

Du cochon d’Inde au menu

En Amérique latine, le cuy est présenté dans l’assiette avec sa tête et ses pattes. © snaptitude, Fotolia

Ce petit inventaire n’aurait pas été complet sans un détour par l’Amérique latine. Ainsi au Pérou, les jours de fête, on apprécie tout particulièrement le cuy. Un petit animal baptisé ainsi en référence à son couinement. Un petit animal très connu également dans nos contrées puisqu’il s’agit ni plus ni moins… du cochon d’Inde ! Et, c’est peut-être un peu difficile à avaler pour nous, la viande de cuy aurait le goût délicat de celle du lapin et contiendrait en prime plus de protéines et moins de graisses que celle du poulet ou du porc.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 4/5 : la sécurité sanitaire des aliments  De nos jours, la qualité alimentaire n’a jamais été aussi bonne et a contrario les consommateurs n’ont jamais été plus inquiets. Les nouvelles alarmistes se répandent vite et les populations aspirent légitimement à un risque zéro, mais est-ce réellement possible ? Nous avons interviewé Béatrice de Reynal, nutritionniste, afin qu’elle nous en dise plus sur la sécurité sanitaire des aliments.