En cas d’attaque nucléaire, la première chose à faire est de trouver refuge à l’intérieur d’un bâtiment solide. © vchalup, Fotolia

Santé

Pourrait-on survivre à une attaque nucléaire ?

Question/RéponseClassé sous :Divers , attaque nucléaire , bombe atomique

Les armes nucléaires sont parmi les armes les plus puissantes qui existent sur Terre. Et il peut sembler naïf de penser qu'il est possible de survivre à une attaque. Pourtant des études ont montré que certains réflexes simples peuvent s'avérer incroyablement efficaces.

Au Japon, Little Boy, larguée sur Hiroshima, le 6 août 1945, et Fat Man, sur Nagasaki, le 9 août 1945... Ce sont les deux seules bombes atomiques à avoir été utilisées à des fins militaires, même si la menace continue de planer. Et d'autant plus ces dernières années. Car les autorités craignent maintenant que des groupes terroristes puissent y avoir recourt. À la suite des attaques du 11 septembre 2001, le gouvernement américain a même fait établir un plan d'action comportant une série de conseils susceptibles d'aider les professionnels, tout autant que la population, à survivre à une attaque nucléaire.

Notez avant tout qu'il semble illusoire d'espérer sauver ceux qui évolueraient dans la zone de déflagration de la bombe. En effet, la température au centre de la bombe qui a rasé Hiroshima -- une petite bombe au regard de celles qui existent aujourd'hui -- est montée jusqu'à 300.000 °C. C'est quelque 250 fois la température nécessaire à incinérer un corps. Cela laisse donc bien peu d'espoir de survie dans les quartiers proches du point d'impact.

Le réseau électrique et mobile ainsi que l’Internet pourraient ne pas survivre à une attaque nucléaire. Pour rester informé, comptez donc sur la radio. © LubosHouska, Pixabay, CC0 Creative Commons

Trouver refuge à l’intérieur

Pourtant, les scientifiques assurent qu'il est possible de survivre à une explosion nucléaire, à condition de se trouver dans la zone touchée uniquement par le souffle de l'explosion. Ou au-delà, bien sûr. La première chose à faire, même si elle semble dérisoire, est de gagner l'intérieur d'un bâtiment solide, car il ne faudra que quelques secondes à l'onde de choc pour parcourir plusieurs kilomètres avec l'explosion. Ensuite, s'installer au centre d'un bâtiment, voire dans son sous-sol, vous protégera de la chaleur et des objets qui pourraient être projetés par le souffle de l'explosion.

Par ailleurs, si l'explosion a lieu à proximité du sol, elle éjectera des milliers de tonnes de débris dans l'atmosphère. Des poussières auxquelles s'attacheront des atomes instables produits en parallèle, formant ainsi ce que les spécialistes appellent les retombées radioactives de l'attaque nucléaire. Portées par les vents sur plusieurs dizaines de kilomètres parfois, elles peuvent causer la mort. Elles sont également responsables de brûlures et de nausées et à plus long terme, de cancers. Pour s'en protéger, là encore, les experts recommandent de se réfugier au cœur d'un bâtiment. Selon eux, un mur d'acier, de béton, ou même de la terre compactée, offrent une véritable protection.

Pour survivre à une attaque nucléaire, il faut donc gagner l'intérieur. Et rester à l'intérieur : les retombées radioactives perdent 50 % de leur dangerosité au bout d'une heure et même 80 % au bout de 24 heures. Notez également qu'après l'explosion nucléaire, vous devriez avoir environ 15 minutes pour trouver un abri qui vous protégera de ces retombées. Cependant, si vous vous retrouvez piégé à l'extérieur plus longtemps, une fois à l'intérieur, retirez bien vêtements et chaussures -- que vous stockerez à l'écart -- et lavez-vous bien toutes les parties de peau qui auraient pu être exposées.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Retour à Tchernobyl 30 ans après la catastrophe  En 1986, le réacteur de Tchernobyl, en Ukraine, alors en URSS, fut l'objet d’un accident sans précédent. Lors d’un exercice, la puissance du réacteur n° 4 a augmenté jusqu’à entraîner une explosion. La chaîne Discovery Science revient sur cette tragédie dans un documentaire diffusé ce mardi 26 avril 2016, à 19 h 50, et dont voici un extrait.