Considérée comme une micro-algue, la spiruline est en réalité une cyanobactérie. Cela signifie qu’elle a la capacité de réaliser la photosynthèse grâce aux pigments qui la composent. Présente sur Terre depuis plus de 3,5 milliards d’années, cette bactérie attise aujourd’hui l’intérêt de nombreux consommateurs potentiels, tant en raison de ses vertus multiples pour la santé que pour sa valeur nutritionnelle. Alors pourquoi est-il intéressant de consommer de la spiruline ?

Cela vous intéressera aussi

La spiruline est de forme spiralée et pousse naturellement dans les lacs d’eau douce pourvue en sels minéraux des régions chaudes du Globe. On la retrouve à l’état naturel dans des étendues d’eau en Inde, au Tchad ou encore au Mexique ou au Pérou, leur octroyant parfois une couleur émeraude. Elle est consommée depuis des siècles par les populations locales comme les Aztèques et les Mayas en Amérique du Sud ou les Kanembous au Tchad, conscients de ses vertus !

Quels sont les bénéfices de la spiruline sur la santé ?

La spiruline est souvent désignée comme étant l’aliment le plus nutritif au monde puisqu’elle a été reconnue par l’OMS et l’Unesco comme étant un « super-aliment » permettant de lutter contre la malnutrition aiguë. Mais cette bactérie possède de nombreuses autres propriétés bénéfiques pour l’organisme. Maëlys Garnier, responsable marketing chez Dynveo, laboratoire français créateur de compléments alimentaires, explique notamment que « de nombreuses études cliniques et scientifiques confortent l’action de la spiruline sur la sphère cardiovasculaire, sur le cholestérol, le contrôle du poids ou encore le tonus musculaire ».

Sa richesse nutritionnelle en fer et autres minéraux (phosphore, potassium, magnésium, cuivre, zinc, manganèse…), en vitamines A, B (B1, B2, B2, B6, B9 et B12), E, en protéines végétales, en acides gras bénéfiques (acide gamma-linolénique) et en acides aminés essentiels fait de ce super-aliment un produit aux qualités nutritionnelles d’exception. Maëlys Garnier ajoute que « l'efficacité de la spiruline résulte de l’action synergique des nutriments et des actifs, tels que la phycocyanine ». Car ce pigment bleu contenu dans la cyanobactérie et molécule active de la spiruline attise la curiosité. Elle permet en effet de renforcer le système immunitaire et de protéger les cellules de l’organisme. C’est pour cette raison que la spiruline bio française développée par Dynveo contient un taux élevé en phycocyanine.

Pourquoi la spiruline bio française Dynveo fait-elle la différence ?

Le taux de phycocyanine entrant communément dans la composition de comprimés ou de brindilles bio qualitatives de spiruline se situe entre 15 et 20 %. La spiruline française bio développée par le laboratoire Dynveo atteint un taux se situant entre 25 et 31 % selon les lots proposés. Car, comme le souligne Maëlys Garnier : Notre spiruline provient uniquement de la souche Spirulina platensis Paracas, qui est reconnue pour avoir un profil nutritionnel optimal avec un taux de protéines et de phycocyanines élevé. » En effet, le taux de protéines des produits Dynveo avoisine les 60 %.

De plus, la spiruline bio utilisée par le laboratoire est exclusivement française et issue d’une ferme à taille humaine gérant de façon économe ses ressources en eau. La spiruline récoltée est séchée à une température inférieur à 40 °C contre les 50 °C usuellement pratiqués dans les autres pays spiruliniers. La raison ? Les vitamines et minéraux ne s’altèrent pas et conservent leurs propriétés. La responsable marketing explique parfaitement le choix de ce fournisseur : « Nous avons choisi de collaborer avec un producteur bio et français, garant d’un savoir-faire d’exception ! »

La spiruline bio de Dynveo est cultivée dans une ferme paysanne française alliant technicité et respect de la nature. © Space_Cat, Adobe Stock
La spiruline bio de Dynveo est cultivée dans une ferme paysanne française alliant technicité et respect de la nature. © Space_Cat, Adobe Stock

Comment est produite la spiruline en France ?

La France fait partie des pays pionniers dans la culture de la spiruline. Si à l’état sauvage elle pousse dans des régions chaudes, c’est qu’elle a besoin d’atteindre une certaine température pour pouvoir se développer convenablement. Ainsi, dans l’Hexagone, les producteurs de spiruline placent des bassins sous serre pour chauffer naturellement l’eau grâce aux rayons du soleil. Cet organisme microscopique se développe alors par photosynthèse. Néanmoins, il doit également être ombragé pour éviter le phénomène de photolyse qui peut l’amener à mourir en raison d’une exposition trop longue aux rayonnements ultraviolets. Le fait d’être cultivée sous serre protège également l’Arthrospira platensis de toute source de pollution. L’eau des bassins est, par ailleurs, strictement contrôlée pour que la bactérie se développe dans des conditions proches de celles de son milieu d’origine. Et elle se doit d’être régulièrement agitée pour favoriser les échanges gazeux entraînant la photosynthèse.

En France, la culture de la spiruline n’est pas industrielle contrairement aux autres pays producteurs de spiruline, mais uniquement paysanne. Maëlys Garnier explique : « Dans la législation française, l’ensemble des intrants de la culture doit être biologique et ça n’est pas valable pour l’ensemble des pays. En effet, les spirulines cultivées en Inde ou en Afrique peuvent avoir la certification Bio européenne par équivalence, malgré des contraintes bien moins importantes. »

En prime, produire de la spiruline ne nécessite aucun pesticide, herbicide, fongicide ou OGM. Si les fermes françaises ne sont pas souvent labellisées Bio, celle choisie par Dynveo l’est. Un plus qui fait la différence !

Article rédigé en partenariat avec Dynveo