Existe-t-il des méthodes réellement efficaces pour doper son QI ? © Sergey Nivens, Fotolia

Santé

Peut-on améliorer son QI ?

Question/RéponseClassé sous :cerveau , intelligence humaine , QI

Écouter de la musique classique ou s'adonner aux programmes d'entraînement cérébraux : certaines méthodes promettent de booster son intelligence. Est-ce réellement possible ? Le QI est-il inné ou acquis ?

En 1993, une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature montrait qu'écouter du Mozart permettait d'augmenter son score de QI de 8 à 9 points. Des résultats impressionnants qui n'ont malheureusement jamais été reproduits par la suite, même si « l'effet Mozart » demeure bien ancré au chapitre des grands mythes des neurosciences. Plus récemment, de nombreuses applications d'entraînement cérébral ont fait leur apparition, comme Happyneuron, NeuroNation, Memorado ou la méthode Kawashima. Si l'on observe effectivement une amélioration de certaines compétences, par exemple celle concernant le calcul arithmétique, l'effet sur le score général de QI est quasi nul, même avec un entraînement intensif, selon la conclusion d'une étude française publiée dans Bulletin de Psychologie. Une autre étude de 2010, portant sur 11.430 volontaires, va dans le même sens et confirme l'absence de gain sur le facteur G (intelligence générale). Selon les chercheurs, ces programmes commerciaux s'appuient sur des résultats biaisés.

L’éducation, facteur clé de l’intelligence ?

Ce qui ne veut pas dire que d'autres facteurs ne jouent pas. Une méta-analyse de 2018 montre ainsi que chaque année d'éducation supplémentaire améliore le QI de 1 à 5 points. « L'éducation semble être la méthode la plus fiable, la plus constante et la plus durable pour augmenter le niveau d’intelligence », assurent les auteurs. Ce résultat est cependant lui aussi à relativiser : apprendre à lire, à calculer ou à améliorer ses connaissances générales constitue sans doute, et tout simplement, un « entraînement » aux questions des tests de QI. L'école développe aussi des capacités de concentration essentielle pour les tests.

L’intelligence est-elle génétique ou peut-on l’améliorer au cours de sa vie ? © lassedesignen, Fotolia

Et chez l'adulte ? Là encore, il semblerait qu'un travail complexe aide à augmenter son QI. Une étude publiée en 2014 dans la revue Neurology a mesuré les performances cognitives (facteur G, mémoire, rapidité d'exécution) d'une cohorte de 1.066 personnes à l'âge de 11 ans, puis à l'âge de 70 ans. Ceux qui avaient exercé un métier avec des tâches complexes ont obtenu de meilleurs scores aux tests, même une fois corrigés du QI de départ.

Intelligence : innée ou acquise ?

Les effets de toutes ces méthodes restant relativement modestes, faut-il alors en conclure que le QI est purement inné ? De plus en plus d'analyses relient en effet certains gènes à l'intelligence. Des chercheurs de l'université libre d'Amsterdam ont par exemple identifié 40 nouveaux gènes associés au QI, jouant notamment un rôle dans le développement cérébral. Néanmoins, de nombreux facteurs environnementaux ont été mis en évidence, comme le fait d'avoir été allaité ou pas, d'avoir un aîné dans la fratrie ou l'exposition à la pollution.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi